Ensemble pour l’Europe : Message du pasteur Jean-Arnold de Clermont à Stuttgart

 

Samedi 12 mai 2007

Je vous salue au nom de la Conférence des Eglises Européennes : 125 Eglises, anglicanes, orthodoxes, vieille-catholiques et protestantes dans plus de quarante pays de la Grande Europe.

Je vous salue comme des frères et des sœurs qui participent à ce grand projet qui consiste à faire de la foi chrétienne l'un des piliers de la construction d'un continent plus paisible et plus juste ; des frères et des sœurs dont nous attendons que l'écoute de l'Evangile, l'ouverture à l'œuvre de l'Esprit, la prière et l'engagement participent à l'édification d'une société toujours plus fraternelle et plus ouverte. Quel projet ! Certes, il est le nôtre, mais il nous faut, sinon le réussir, du moins le vivre.

En septembre prochain, 2 500 délégués des Eglises catholique, protestantes, orthodoxes, anglicane, d'Europe seront réunis à Sibiu en Roumanie pour le 3ème rassemblement œcuménique européen. Nous serons à l'écoute de ce message plein d'enthousiasme :"La lumière du Christ brille pour tous !"

  • Je vous invite à participer dès aujourd'hui à ce même enthousiasme : ensemble proclamer le message de l'amour de Dieu destiné à tous les êtres humains ; savoir en rendre grâce ; savoir aussi le manifester par nos vies remplies d'espérance, et notre volonté de partager cette bonne nouvelle avec tous, sans laisser sur le bord du chemin, ni les pauvres, ni les handicapés de la vie, ni les immigrés, ni les prisonniers… tous ceux à qui le message du salut s'adresse en priorité.

Mais notre rassemblement de Sibiu sera l'occasion de le dire ensemble de manière très concrète dans le contexte de l'Europe qui se construit aujourd'hui.

  • Je vous invite à penser l'Europe d'abord comme un espace où le message du Christ nous appelle à la réconciliation et à la paix. Notre attention les uns aux autres par delà les frontières, notre regard sur notre unité dans la diversité, hommes et femmes créés à l'image de Dieu, bien qu'appartenant à des cultures différentes, sont pour notre continent et notre monde une force et une espérance sans égal. Vos mouvements réunis aujourd'hui à Stuttgart en sont une manifestation heureuse.
  • Je vous invite à penser notre continent comme une terre de justice et de solidarité. Partout autour de nous, notre société laisse de côté celles et ceux qui marchent moins vite, sont moins performants. Nous leur devons, éclairés par le message du Christ, solidarité, mains tendues, chemins de guérisons.
  • Je vous invite à penser notre continent comme une terre d'accueil et de liberté. Poussés par la faim, les guerres, le sous-développement, - mais bien souvent l'espérance chevillée au corps -, des hommes et des femmes viennent frapper à nos portes. Ils ont droit à notre respect ; avec eux, nous devons chercher les moyens les meilleurs de leur offrir un avenir, pour eux et leurs familles, dans leurs propres pays (si cela est possible), sinon chez nous, par solidarité et dans le respect de leur liberté.

L'Evangile de Jésus Christ a-t-il quelque chose à dire à notre monde ? J'en suis intimement convaincu.

  • Ne regardons pas en arrière, telle la femme de Lot, comme si nous avions quitté un monde meilleur ;
  • ne regardons pas vers le ciel comme les disciples à l'Ascension, comme si nous voulions fuir nos responsabilités ;
  • regardons notre monde en face pour partager avec lui l'enthousiasme de notre espérance, et la force de notre prière.

Source(s) : FPF;FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE;
Date de parution : Samedi 12 mai 2007