Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

Fortes confusions sur le sens du religieux

Article paru dans Proteste en septembre 2005 (revue de la Fédération de l'Entraide Protestante).

Les pratiques de certains organismes publics ou de certaines entreprises, ces derniers temps, à l'égard des associations protestantes ont entaché l'exercice de la laïcité au sein de la patrie des libertés, de l'égalité et de la fraternité. Le président de la Fédération Protestante de France revient sur ces événements et nous en explique les fondements.

Jean-Arnold De Clermont, président de la F.P.F. :
C'est une vision complètement caricaturale de la laïcité qui prédomine au sein de notre société. Preuve en est les différents obstacles que rencontrent quotidiennement les associations protestantes. Pour exemple, la non-délivrance des bons-vacances de la Caisse d'Allocations Familiales (Caf) aux Eclaireuses, Eclaireuses Unionistes de France dans le cadre de l'accueil des jeunes pour les camps d'été, ou encore le refus de certaines assurances de renouveler les contrats au prétexte que l'association soit protestante ou qu'elle fasse référence au religieux dans sa dénomination ou dans son projet associatif.

Le débat recoupe diverses problématiques sur la place des religions dans la société, l'image du religieux et sur le cadre législatif de la séparation entre l'Eglise et l'Etat. « Nous sommes très attaché an cadre de la loi 1905 et principalement à ses deux premiers articles qui posent les principes de liberté de culte, de liberté de conscience et de neutralité réciproque entre le culte et l'Etat. Il s'agit-là de la seule vision acceptable de la laïcité », souligne Jean-Arnold De Clermont.

Et face à cette fausse interprétation de la laïcité, Jean-Arnold De Clermont pointe la fausse interprétation de la neutralité. En effet, après être intervenue auprès de la Caf concernant les bons-vacances, la F.P.F s'est vu rétorquer, dans un courrier datant de la fin août, que "les associations, à but exclusivement philosophique, syndical, politique ou confessionnel, ne pouvaient faire l'objet de subventions". Une réponse qui remet en question à la fois les références des associations loi 1901 et la composition du public accueilli. "Les Eclaireurs, Eclaireuses Unionistes de France sont ouverts à tous les jeunes. Il n'y a pas d'exclusivité à l'accueil."'.

Et dans ce débat sur la laïcité surgit le principe de précaution. Alors que les associations font valider leur projet pédagogique par le ministère de la jeunesse et des Sports, les Caf retirent leurs soutiens ... « Ce qui effraie le plus la société, c'est la puissance des groupes religieux, des cultes et leur participation aux débats publics ».

« L'esprit de la loi de 1905 est, pour nous, fondamental. Nous pensons qu'une adaptation de ce cadre à notre société n'établirait que des confusions. Mais le fait qu'il y ait une distinction entre les associations cultuelles (loi 1905) et les œuvres ou associations sociales (loi 1901) engendre pour les personnes impliquées une nouvelle distinction, celle entre leur foi et leur engagement social. Elle crée aussi de terribles complications administratives face aux caractéristiques du culte (foi chrétienne) et à celles de l'engagement associatif (bénévolat, cotisation ...) », note Jean-Arnold de Clermont. La législation ne facilite donc pas les choses et la tendance qui se développe à l'égard des cultes et des œuvres sociales dans la société est plutôt discriminatoire. Pourtant, force est de constater que quel que soit l'engagement, il répond toujours à des convictions personnelles et des références culturelles. S'engager pour l'autre est en quelque sorte une forme de croyance en un monde meilleur.

QUELQUES CHIFFRES SUR LA LAÏCITE …
Les religions :
En France, chaque année, on compte 30 000 conversions à l'islam, 300 au judaïsme, 500 au protestantisme et 12 500 au catholicisme.
Les lieux de cultes en France :
- 1 536 lieux de culte musulmans pour 4 à 5 millions de musulmans
- 40 000 édifices cultuels catholiques pour 45 millions de catholiques
- 957 temples pour 900 000 protestants
- 82 synagogues pour 500 000 juifs