"La civilisation, c'est l'hospitalité" dit un texte de la Mission Populaire

Auteur(s) : MOLINA Jean-Pierre;

Le 15 novembre dernier, "un appel à la fraternité" était lancé par 14 associations humanitaires, Eglises et loges maçonniques, pour appeler les français à lutter contre le racisme et ses manifestations.
Dans la Ligne de cet appel, "Présence", le journal de la Mission populaire évangélique de France, membre de la Fédération protestante signataire de l'appel, publie un texte de son animateur biblique, Jean-Pierre Molina, précisant, Bible à l'appui, que "la civilisation, c'est l'hospitalité".
Voici, comme un message de Noël, le texte et le dessin qui l'accompagne :

"La civilisation, c'est l'hospitalité. Abraham, l'ancêtre que se reconnaissent en commun les juifs, les musulmans et les chrétiens démontre bien cette vérité : un jour que le vieux berger hébreu campe dans les steppes de ce Moyen-Orient où l'on s'est entretué depuis les temps bibliques jusqu'à l'ère du pétrole et des ayatolas, il voit venir à lui trois étrangers, trois inconnus, trois dangers.

Au lieu de leur lâcher les chiens, au lieu de leur crier "go home!", "venez pas prendre notre boulot!" ou d'autres amabilités de la même veine, il les invite, les fait asseoir et dans un geste de total dévouement ... leur lave les pieds.
Ainsi s'exprimait La courtoisie dans ces régions de grande poussière, en ces temps où le véhicule tous-terrains ne disposait que de deux pattes motrices. Dans les bonnes maisons, on pouvait, bien sûr, confier cet office à un esclave, mais ici, c'est le patriarche qui se retrousse les manches ... Or ceux qui rapportent l'histoire ajoutent que dans le baquet d'Abraham il y avait les pieds de Dieu !

De cette parabole i1 ne faudrait pas conclure que l'étranger a tous les droits chez moi. Il n'a pas le droit de m'imposer sa Loi ou sa Foi. Et moi, je dois savoir distinguer entre un hôte et un envahisseur.

Mais il est important de tenir que l'hôte pacifique a presque tous les droits chez nous - Ou alors c'est nous qui perdons celui de nous dire civilisés - Les voix qui s'élèvent aujourd'hui pour réclamer que l'on repousse l'étranger pacifique comme un envahisseur, rappellent un peu trop celles qui, dans le passé, appelèrent à laver les pieds à l'envahisseur comme à un hôte pacifique".

BIP n°994 du 18 décembre 1985

Source(s) : BIP;
Date de parution : 18 décembre 1985