Face au chômage

Auteur(s) : ERF;EGLISE REFORMEE DE FRANCE;

74ème Synode National de l'Eglise Réformée de France, Viviers, 1er-3 mai 1981

Devant le nombre croissant de chômeurs et l'allongement considérable de la durée de la recherche d'un emploi, le Synode National de Viviers invite les communautés et les différents lieux de l'Église à considérer que

dans le chômage tout n'est pas hasard, tout n'est pas fatal

Une telle conviction doit être partagée par tous les hommes et spécialement par ceux qui ont mis leur espérance en Jésus-Christ.

Le Synode appelle

1. à une prise de conscience de l'impact désastreux du chômage sur les collectivités locales, les personnes, les familles et singulièrement les jeunes à la recherche d'un premier emploi. Cet impact n'est pas seulement économique et social : l'humiliation, la culpabilisation, la perte de confiance en soi, l'atteinte à sa dignité, la marginalisation sociale..., sont parmi les souffrances inacceptables qui découlent trop souvent de la privation d'emploi.

2. à une action d'information et à un débat ouvert sur la crise de l'emploi et ses raisons : les grands choix proposes où imposés et les principaux acteurs, dans les activités économiques locales et régionales et en ce qui concerne les orientations et décisions de dimensions nationales et internationales.

3. à une action de sensibilisation de l'environnement des chômeurs : de leurs familles et de leurs proches, de leurs collègues de travail et des syndicats, du milieu scolaire, des paroisses, etc. Ces sensibilisations sont essentielles pour que les chômeurs retrouvent une place à part entière dans leurs communautés humaines, et pour que celles-ci soient mieux informées et s'engagent dans la lutte contre la crise de l'emploi.

4. à mettre sur pieds des réseaux de solidarité avec des chercheurs d'emploi : groupe de chercheurs, accompagnements-parrainages, lieux d'accueil et bases de recherche. On y apprendra à faire un bilan personnel et professionnel, des projets concrets, un plan de recherche, des "curriculum', des lettres de demande de rendez-vous, etc.

5. à aider à trouver une utilité sociale non-salariée pour les hommes et les femmes, dans la cinquantaine, qui sont mis en cessation anticipée d'activité professionnelle : retraites de certaines administrations, licenciés à "56ans et 2 mois", etc.

La longue recherche d'emploi est ressentie par beaucoup comme une marche à travers le désert. Cependant certains font part des perspectives et du courage qu'ils trouvent dans la foi en Jésus-Christ. Il convient de s'en réjouir mais non de saisir l'épreuve des chômeurs comme une occasion de prosélytisme. L'action de l'Esprit du Christ est réelle, et nous sommes appelés à la découvrir et à la partager dans notre recherche de justice et de solidarité. Il n'y a pas d'accompagnement sérieux de chercheurs d'emploi s'il n'y a pas parallèlement prise de conscience et lutte contre la crise de l'emploi et ses causes.

NOTE : pour vivre ces actions concrètes localement ou entre paroisses voisines, une équipe devrait se constituer, par exemple parmi les membres d'un diaconat et de personnes directement concernées. Cette équipe pourrait s'appuyer sur la compétence acquise par des organismes tels que la Mission dans l'Industrie de la Région Parisienne (la MIRP, 47 rue de Clichy, 75009 Paris).

Texte repris dans "Dossier : Le Chômage", Commission Sociale Economique et Internationale de la Fédération Protestante de France, mai 1982, 73 p.

Source(s) : ERF;EGLISE REFORMEE DE FRANCE;
Date de parution : 03 mai 1981