A propos des prestations familiales, la Fédération protestante de France et l'Entraide protestante disent "oui à une redistribution plus équitable !"

Auteur : FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE, ENTRAIDE PROTESTANTE

Les Bureaux de la Fédération protestante de France (FPF) et de la Fédération de l'Entraide protestante ont pris connaissance du projet annoncé par le Premier ministre, dans son discours de politique générale le 19 juin 1997, de mettre sous conditions de ressources les prestations familiales. Ils ont également entendu les nombreuses controverses que cette annonce a suscitées.

La fracture sociale au sein de la société française est de plus en plus évidente et profonde. Le contexte économique dans lequel l 'Etat veut rester le garant de l'accès de tous les citoyens aux droits de tous, est de plus en plus complexe. Les Bureaux de la Fédération protestante de France et de la Fédération de l'Entraide protestante suivent avec intérêt la mise en oeuvre de solutions nouvelles et ont entendu les propositions du Premier ministre. Ils ne peuvent que se réjouir, dans le contexte actuel, de l'expression publique d'une volonté de redistribution plus équitable.

Les prestations, qu'elles soient sociales, de chômage ou de santé, sont l'expression de solidarités essentielles, dont l'Etat assume la responsabilité, et il est juste qu'un effort accru soit demandé aux plus favorisés. Toutefois, les bureaux de la Fédération protestante de France et de l'Entraide protestante enjoignent le gouvernement à être vigilant sur les méthodes qui seront effectivement développées pour mener à bien une telle démarche. Celle-ci suppose, plus que jamais, non pas une consultation, mais une véritable concertation.

Source : BIP;1443
Date de parution : 16 juillet 1997