15-05-18 12:03 Il y a: 11 days

Le Congrès national 2018 de la FEEBF à Lyon a adopté deux voeux

Comme chaque année à l’Ascension, la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France (FEEBF) a rassemblé quelques 400 délégués de ses Églises et invités à l’occasion de son Congrès. En 2018, il s'est déroulé à Lyon au Grand Temple, 3 quai Victor Augagneur.


© FEEBF

Samedi 12 mai, le Congrès national de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France a adopté deux voeux, l'un sur les violences conjugales, l'autre sur l’engagement non-violent pour la justice et la paix, partie intégrante de la mission de l’Église.

Vœu n°1

En France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son partenaire. Ces chiffres sont la partie statistiquement visible de violences conjugales, qui, elles, ne sont pas répertoriées mais bien réelles : les blessures suite aux coups, les séquelles irréversibles, parfois le handicap, les cris, les injures, les humiliations, le viol conjugal, les enfants terrorisés, la peur…

Le Congrès de la FEEBF réuni à Lyon des 10 au 12 mai 2018, dans l’esprit de l’interpellation de son président dans son rapport, conscient de la gravité de ce phénomène qui concerne aussi nos Églises, les engage à lutter contre ce fléau, à libérer la parole, à accompagner les personnes concernées, en partenariat avec des œuvres, des associations engagées et d’autres Églises.

Vœu n°2

En ce cinquantième anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, le Congrès de la FEEBF réuni à Lyon des 10 au 12 mai 2018 se réjouit du très large intérêt manifesté pour les luttes qui ont été les siennes et celles de nombreux militants des droits civiques.

Le Congrès rappelle que l’engagement non-violent pour la justice et la paix est partie intégrante de la mission de l’Église. Il encourage chacune de nos communautés à réfléchir à la manière dont ces combats contre le racisme et en faveur de la reconnaissance de la valeur de chaque être humain en tant que créature de Dieu peuvent inspirer ses propres engagements aujourd’hui.

Sources : FEEBF