06-12-18 17:58 Il y a: 6 days

Un appel cosigné par plusieurs mouvements chrétiens pour associer la jeunesse et les milieux populaires à la transition écologique

sur Médiapart


Monsieur le Président de la République, mettez la jeunesse et les milieux populaires au cœur de la transition écologique.

Des associations chrétiennes du social, à l'instar du Secours Catholique, et de la jeunesse, dont des mouvements scouts catholique et protestant exhortent le Président de la République à s'engager très concrètement dans des mesures liant l'écologie et le social.

De la démission de Nicolas Hulot au dernier rapport du GIEC, plus personne ne peut l'ignorer : la politique des petits-pas ne suffit plus face à la crise climatique. Appels de personnalités, marches pour le climat, la pression citoyenne s’accentue : un kaïros – un moment opportun – se présente pour un changement profond, social, spirituel et politique, pour un changement de notre vision de l’humain et de son rapport avec toutes les formes de vie. Il ne faut pas le laisser passer.

Aujourd’hui, nous, chrétien·e·s, inspiré·e·s par notre lecture des Ecritures et par notre foi dans le Dieu Créateur, nous vous interpellons, Monsieur le Président de la République afin que vous entendiez la « clameur de la terre et la clameur des pauvres » (1) : prenez des décisions de justice climatique, des « décisions profondes, inédites, structurantes, historiques » comme vous l’annonciez le 16 octobre dernier.

Nous, à titre de personnes et au titre de chacune de nos organisations, sommes conscient·e·s de la gravité et de l'urgence de la situation. Nous savons que ce sont les plus pauvres qui paient le prix fort des dérèglements climatiques et de la flambée des prix de l’énergie. Nous savons que la justice planétaire nécessite que chacun.e réduise drastiquement - au moins dans un rapport de 5 à 1 - ses émissions de gaz à effet de serre. Nous nous engageons dans des démarches comme le « label Eglise verte », le « désinvestissement des énergies fossiles » et de réduction drastique de notre usage de l'aérien. Nous sommes prêt·e·s à aller plus loin, y compris par l'isolation performante ou l'installation de renouvelables sur notre patrimoine immobilier (rendues difficiles par le manque d'accompagnement et l’insuffisant soutien financier des pouvoirs publics).

Plusieurs mesures permettraient d’œuvrer pour la justice climatique :

Engagez une révision ambitieuse et rapide des engagements nationaux de l'Union européenne et de la France, puisque les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris nous conduisent vers une augmentation de la température de 3°C.

Cessez le développement des autoroutes, du transport aérien et des LGV qui alimentent un rêve inatteignable d’ubiquité. Investissez dans les circulations douces et des transports de proximité gratuits pour les milieux populaires et les jeunes. Ne les obligez plus à habiter loin de leur travail : rétablissez et accentuez la régulation des prix de l’immobilier.

Mettez un frein à la malbouffe qui entraîne une épidémie de diabète dans les quartiers populaires et qui émet quantité des gaz à effet de serre : interdisez-en la publicité, comme hier pour le tabac et dissuadez la publicité vidéo dans l'espace public. A l’exemple du chèque énergie et du pass culture, mettez en place une carte fruits et légumes de proximité. Stoppez l’artificialisation des terres agricoles aux environs des métropoles - comme à Gonesse - pour que s’y redéveloppe une agriculture nourricière.

Renforcez les moyens pour l’isolation des bâtiments : les particuliers, les associations, les organismes d’HLM et nos organisations s’y engageront.

Les faibles revenus obligent trop souvent à acheter le moins durable. Obligez les industriels à produire des objets réparables pendant 10 ans, et valorisons le savoir-faire populaire du bricolage. Développez les filières de recyclage. Instaurez les consignes pour transformer le recyclage en action rémunératrice.

Développez les « territoires zéro carbone » faisant le pari de la citoyenneté écologique, du dynamisme des bassins de vie, notamment ruraux.

Prenez à bras le corps la crise de l'eau qui se traduit par des inondations dans le sud de la France et de la sécheresse à l'Est. Encouragez la gestion en régie publique, redonnez aux collectivités locales les moyens de diversifier l'approvisionnement, favorisez les économies dans l’agriculture, et dans la consommation des ménages grâce à des tarifs plus justes (faibles pour les usages nécessaires, plus chers pour les mésusages).

Profitez de la révision constitutionnelle pour permettre une véritable démocratie citoyenne : référendums d’initiative populaire sur les aménagements, redistribution d’une partie de l’argent de la démocratie représentative pour la contre-expertise et la démocratie citoyenne d’interpellation, transparence de l’action des lobbies, etc.

Enfin, développez une éducation à l’environnement qui permette – comme dans le scoutisme – de s’immerger dans la nature, où l’on « vit plus » avec moins d’objets, plus d’ami·e·s et de jeu, une alternative au matraquage consumériste. Il faut pour cela lever les freins budgétaires pour les familles et s'assurer que la réglementation des accueils collectifs de mineurs encourage la vie en plein air et l'autonomie.

Ces mesures seraient créatrices d'emploi et réduiraient ce chômage qui touche d'abord les jeunes et les milieux populaires.

Nous refusons la peur qui paralyse, nous n’agissons pas pour nous sauver mais parce que nous sommes déjà sauvés. Nous appelons à accentuer la pression citoyenne, notamment en participant aux « Marches mondiales pour le climat ». Nous savons que de la force nous est donnée pour parvenir à éviter le pire et voulons être des semeurs d'espérance.

(1) encyclique Laudato Si’ §49

Signataires :

Olivier Brès, président de la Mission populaire évangélique de France ; Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique - Caritas France ; Jean Fontanieu, secrétaire général de la Fédération de l'Entraide Protestante ; Philippe Kabongo Mbaya, président du Mouvement du christianisme social ; Laura Morosini, Chrétiens unis pour la terre ; Pierre Msika, président des Eclaireuses et Eclaireurs unionistes de France ; Marie Mullet, présidente des Scouts et Guides de France.

Olivier Abel, professeur de philosophie Institut Protestant de Théologie ; Stéphane Lavignotte, pasteur, Robin Sautter, pasteur ; Patrice Rolin, animateur de L’Atelier protestant ; Pierre Lepetit, trésorier de la Mission populaire évangélique de France (MPEF) ; Sylvain Cuzent, secrétaire du bureau de de la Mission populaire évangélique de France (MPEF) ; Philippe Verseil, secrétaire général de la Mission populaire évangélique de France (MPEF) ; Bertrand Marchand, trésorier du Mouvement du christianisme social ; Philippe Guttinger, enseignant-chercheur, Mouvement du Christianisme social, ancien président de l'Atelier protestant ; Jean-Pierre Rive, pasteur ancien président de la commission église et société de la Fédération Protestante de France ; Jacques Saint-Girons, groupe de Bordeaux du Christianisme Social ; Laurent Gagnebin, ancien président du Mouvement du christianisme social ; Antoine Rolland, membre du Christianisme social, animateur Eglise Verte EPUdF Lyon Rive Gauche...

Médiapart