Cette semaine nous prions pour:

Convictions protestantes sur l’accueil à la Sainte Cène

C'est le Seigneur lui-même qui nous invite à sa table et nous permet d'anticiper le Repas du Royaume.

Cependant, la question de la présidence humaine n'est pas indifférente. En demandant que la Cène soit présidée par un ministre ordonné de l'Eglise ou par une personne mandatée par l'Eglise, nous voulons rappeler que la célébration eucharistique n'est pas seulement une célébration individuelle ou celle d'un groupe particulier, mais qu'elle nous met en communion avec l'Eglise universelle. De la manière, cette communion est attestée par le déroulement de la liturgie.

Cette insertion dans l'Eglise universelle nous autorise à inviter au partage de la Cène tous ceux qui confessent Jésus-Christ crucifié et ressuscité pour nous.

Ainsi, dans la célébration de la Cène, nous vivons à la fois la mémoire de la détresse et de la souffrance de Jésus-Christ dans sa passion, I'assurance de sa présence secrète et réelle dans la puissance de sa résurrection, les soupirs de la création dans l'attente du Royaume .

 

(Extrait de La cène du Seigneur, assemblée commune des Eglises Réformées et Luthériennes, 1981).