Cette semaine nous prions pour:

Mariage… Mixte ? Œcuménique ? Interconfessionnel ? Interreligieux ?

Pour les protestants, il y a mariage quand une femme et un homme se donnent librement leur parole, leur confiance et leur fidélité, et s’engagent dans la durée devant la société (ou ses représentants).

Les époux arrivent donc déjà mariés à l’Eglise ou au Temple.

S’ils sont chrétiens, la célébration religieuse de leur mariage ajoute une dimension : elle exprime leur reconnaissance devant Dieu, avec la communauté de l’Eglise qui les accueille.

Les paroles de bénédiction attestent que Dieu fait route avec eux comme il fait alliance avec l’Eglise et toute l’humanité.

Le mariage et sa célébration religieuse sont préparés par plusieurs entretiens avec le pasteur et/ou des membres de l’Eglise.

Si les deux époux ne sont pas protestants ...

Les Eglises protestantes les accueillent et les accompagnent volontiers. Dans les entretiens préalables, on aborde leur cheminement spirituel, on travaille sur l’authenticité de leur démarche, ils prennent connaissance des convictions de l’Eglise qui les accueille.

S’ils viennent d’une autre Eglise chrétienne, on veille aux bonnes relations avec celle-ci, par exemple en invitant les mariés à reprendre contact avec leur Eglise d’origine.

Certaines Eglises (évangéliques) insistent pour que les deux mariés aient une réelle conviction chrétienne, un engagement sérieux dans l’Eglise ou tout au moins une recherche spirituelle. Elles sont d’autant plus réticentes envers toute demande formelle.

Si l’un des époux n’a pas de conviction chrétienne …

Les Eglises protestantes l’accueillent volontiers.

Elles préparent le mariage en veillant à ce que les convictions de chacun (celles de chaque conjoint et celles de l’Eglise) soient respectées, notamment dans la célébration religieuse du mariage.

Dans la préparation avec les mariés, on évoque l’engagement du conjoint chrétien dans la famille, dans l’Eglise ou dans la société, ainsi que sa liberté de témoignage, notamment auprès des enfants.

Avec les pratiquants des autres religions…

Les Eglises protestantes luthériennes ou réformées accueilleront fraternellement le pratiquant d’une autre religion.

Dans la préparation, elles évoqueront avec le couple la manière de vivre au quotidien deux religions différentes, dans l’accord ou la confrontation, et l’importance du lien de chacun avec sa communauté humaine et religieuse.

Elles attireront l’attention sur la liberté du témoignage de chacun, notamment dans l’éducation des enfants, et sur la liberté de choix des enfants.

Les Eglises protestantes évangéliques émettront de plus fortes réticences si l’un des époux est pratiquant d’une autre religion.

Si l’un des époux est chrétien catholique, orthodoxe ou anglican...

Les Eglises protestantes luthériennes et Réformées invitent le conjoint non-protestant à prendre contact avec son Eglise afin qu’il y ait une reconnaissance réciproque (avec les catholiques 1 et anglicans) ou tout au moins une complémentarité (avec les orthodoxes 2).

Que la célébration se passe à l’Eglise catholique (selon le rite catholique) ou à l’Eglise protestante (selon le rite protestant), le pasteur et le prêtre collaborent dans la préparation et la célébration autant qu’il leur est possible et dans le respect des convictions de chacun.

Avec les mariés, ils réfléchissent notamment au témoignage de leur différence dans l’éducation de leurs enfants, chacun apportant auprès d’eux la spécificité de sa foi.

Les mariés sont invités à rejoindre des groupes de foyers interconfessionnels, lieux d’échange et d’accompagnement.

Les Eglises protestantes évangéliques émettent une plus grande réserve sur des cérémonies interconfessionnelles mais elles accueillent généralement la participation d’un prêtre lors d’une célébration chez elles.

Voir aussi :

- le site de l'Association Française des Foyers Mixtes interconfessionnels Chrétiens

 

 

En cas de mariage des divorcés …

Le mariage d’un couple dont l’un est divorcé (ou les deux) n’est pas impossible.

En effet, sans cautionner le divorce, les Eglises protestantes prennent en compte le fait qu’un mariage peut échouer.

Un nouveau mariage suppose d’avoir clarifié l’histoire de l’échec vécu. Des paroles de consolation et de pardon peuvent éventuellement être prononcées.

Les entretiens de préparation aident à intégrer cette histoire et à donner du sens à un nouveau mariage « devant Dieu ».

La situation familiale particulière des nouveaux conjoints et leurs enfants est évoquée.

 

Pr Jane STRANZ

Service œcuménique, FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE
Jane.STRANZ@FederationProtestante.org

1 Pour les catholiques, il s’agira, avec l’aide du prêtre, de demander une dispense canonique.
2 Pour les Orthodoxes, le rite du couronnement est la partie centrale de la cérémonie de mariage et en fait son caractère sacramentel. Il est incontournable.

 

 

MARIAGE MIXTE JUDEO-CHRETIEN

Côté Juif : Il ne peut y avoir de célébrations type célébration Œcuménique que nous pratiquons régulièrement entre chrétiens.

Pour le judaïsme la célébration de mariage est essentiellement juive, car le contrat de mariage ( "Ketubah") "n'engage les deux parties que si elles sont juives "( Rabbin Michel Libermann de l'ULIF).

Pour qu'un tel mariage puisse avoir lieu, il faut donc que la partie non-juive se convertisse et pour cefaire suive une longue instruction religieuse.

Côté Protestant :

Toute célébration ne peut se faire sans un accueil de la tradition de l'autre, et au coup par coup, sachant que, bien souvent, même s'il se sent accueilli dans son irréductible différence, le juif se sentira un peu seul, bien souvent lâché par les siens.
Reste dans ce cas, mais c'est aussi valable pour les célébrations œcuméniques, la question des enfants qui se posera tôt ou tard et qui n'est pas mince.
Seront-ils élevés dans la foi chrétienne ou la foi juive, baptisés ou circoncis pour les garçons ?

Pour aller plus loin, on peut conseiller la lecture du petit livre de Pierre CHOUCHAN, Couples mixtes pour le meilleur et pour le pire. Voyage dans l'intimité des familles juives et non-juives, Romillat, 2000, qui comporte en annexe des témoignages de prêtres, de pasteurs et de rabbins.

PLUS D’INFOS…

Pour les mariages entre chrétiens de diverses confessions

Le pasteur Jane STRANZ, service œcuménique, FEDERATION PROTESTANTE DE France. Jane.STRANZ@FederationProtestante.org

Pour les mariages inter-religieux :

Pour les relations avec le judaïsme : le pasteur Alain MASSINI : alain.massini@wanadoo.fr