Fiche livre

Titre : La Bible et l'archéologie
Sous Titre :
Auteur : Matthieu Richelle
Edition : Excelsis, 2011, 151p., 12 €

Description :

Dans les médias, les découvertes archéologiques sont tantôt présentées comme confirmant la Bible, tantôt comme la contredisant. Qu'en est-il exactement ? Que nous apprennent les fouilles archéologiques et les inscriptions anciennes ? Que penser des controverses récentes sur l'époque de David et de Salomon ? Ce livre propose de faire le point sur le sujet, de manière simple mais informée.

Matthieu Richelle, docteur en sciences historiques et philologiques (EPHE-Sorbonne), ancien élève de l'école biblique et archéologique française à Jérusalem, est professeur d'Ancien Testament à la Faculté libre de théologie évangélique à Vaux-sur-Seine.

 

Compte-rendu de la revue LibreSens   :

L'auteur, formé entre autres à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem, enseigne actuellement à la Faculté de théologie de Vaux-sur-Seine. Allan Millard, professeur émérite de l'Université de Liverpool, conclut sa préface en parlant d'une sélection de l'apport des archéologues accompagnée d'une évaluation judicieuse et honnête. Ce livre, dit-il, permettra au lecteur de mieux distinguer les faits des hypothèses et permettra aussi que les recherches se poursuivent.

L'auteur présente d'abord le travail de tout archéologue dans ses limites. La localisation et la datation des sites et des objets découverts est le plus souvent hypothétique, approximative : c’est ce qui apparaît dans les chapitres 1 à 3 qui enseignent pas à pas et terme à terme les techniques de la recherche, avec les risques, les limites, des interprétations. Les exemples sont pris dans les fouilles syro-palestiniennes, donc dans l'environnement biblique.

 Le chap. 4 se demande quels types de rapports existent entre la Bible et l'archéologie, et recense des réponses diverses. L'expression « le pays où coule le lait et le miel » est confortée par la trouvaille en 2005 de restes de ruchers. Mais souvent ce qui est découvert n'a aucun lien avec les textes ou s'oppose à eux. Le chapitre suivant traite du débat actuel sur l'époque de David et Salomon, avec l'épopée négationniste de Finkelstein, très isolé parmi ses pairs. D'où ressort la nécessité d'écouter les arguments pour et contre d'une théorie avant de l'adopter. Enfin, le dernier chapitre, « L'archéologie et la rédaction de la Bible », adresse aux uns et aux autres un nouvel appel à la prudence.

 Un petit livre qui élargit notre vision du monde de la Bible, et met aussi bien des choses au point par ses exposés clairs, brefs, appuyés sur des exemples. À lire ou travailler par tous.

 

Compte-rendu de Jeanne Marie Léonard

Retrouvez ce compte-rendu, et beaucoup d'autres, sur le blog de la revue LibreSens : http://libresens.blogspot.com/

Liens

www.XL6.com