Fiche

Titre : Todos lo saben (Everybody knows)
Edition : Espagne France Italie, 2018, 2h12
Réalisation : et scénario : Asghar Farhadi - photo : José Luis Alcaine - montage : Hayedeh Safiyari - musique : Javier Limón

Interprétation :

Penelope Cruz (Laura), Javier Bardem (Paco), Ricardo Darin (Alejandro), Eduard Fernandez (Fernando)

Auteur

Né en 1972, Asghar Farhadi est un réalisateur et scénariste iranien. Son film Le passé (2013) a reçu le Prix du Jury œcuménique au Festival de Cannes et Une séparation (2012) ainsi que Le client (2017) ont reçu l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Résumé

Débarquée avec sa fille Irène d'Amérique latine dans son village natal à l'occasion du mariage de sa sœur, Laura retrouve avec plaisir tous ses proches. Seul son mari est absent, retenu en Argentine pour affaires. Au cours de la fête, Irène est enlevée et une rançon exigée. Le ravisseur semble connaître des secrets de famille.

Analyse

Dans la chambre de la cloche, tout au sommet de l'église du village, les roues dentées du mécanisme de l'horloge poursuivent leur ronde dans un cliquetis imperturbable ; un oiseau traverse la vitre par la cassure qui vient de se produire. Le passé et le présent se rejoignent, et le couple formé par Irène et Felipe, jeune cousin de Paco, lit les initiales laissées par Laura et Paco sur le mur. Ces initiales, chacun a pu les voir, elles sont là depuis une vingtaine d'années. Tout le monde le sait.
Les secrets de famille ne peuvent pas rester enfouis dans ce petit village où tout se passe sur la place : les joyeuses et bruyantes arrivées comme les départs furtifs, les mauvaises affaires comme les ascensions de classe sociale. Et c'est là aussi que se met à bourgeonner la question du paiement de la rançon : par qui et pourquoi ?
Alejandro, le mari de Laura, la rejoint en Espagne, mais ne la soutient que par ses prières alors que, dans son angoisse, Laura est prête à tous les sacrifices pour sauver sa fille. Petit à petit, se découvrent de mesquines cachotteries, des rancœurs anciennes remontent à la surface, on se dit des 'vérités' en famille. Mais la contagion gagne grâce aux rumeurs.
La rumeur se retrouve encore dans la dernière image du film où, sur la place, la mère de Laura se penche vers l'oreille de son mari pour susurrer un secret que les spectateurs ne peuvent entendre, mais savent déjà.
Les images du vignoble espagnol sous le soleil de cette région d'Espagne, du travail des vendangeurs, du village avec son église, sont d'une grande beauté ; les acteurs sont excellents, les personnages attachants ; mais on cherche en vain dans ce film l'intense impression d'intime qui se trouvait dans Le passé ou Une séparation. Est-ce une famille trop nombreuse pour qu’on puisse s'y insérer facilement ou la notoriété des acteurs qui empêche une totale identification ?
Le réalisateur a franchi un pas vers le cinéma grand public, Mais certains regretteront peut-être la sobriété de ses premiers films.
Nicole Vercueil