Fiche

Titre : Solo : A Star Wars Story
Edition : Etats-Unis, 2018, 2h15
Réalisation : Ron Howard - scénario : Lawrence Kasdan et Jonathan Kasdan - image : Bradford Young - montage : Pietro Scalia - musique : John Powel - distribution (en France) : The Walt Disney Company France

Interprétation :

lden Ehrenreich (Han Solo), Emilia Clarke (Qira), Donald Glover (Lando Calrissian)

Auteur

Né de parents comédiens, Ron Howard apparaît comme acteur sur l'écran dès son plus jeune âge. Il passe ensuite à la réalisation et, en 2002 et reçoit l'Oscar du meilleur réalisateur pour Un homme d'exception sur John Forbes Nash. Il adapte aussi à l'écran le best-seller de Dan Brown, Da Vinci Code. Sa filmographie se situe essentiellement dans la superproduction.

Résumé

Han Solo vit en position d'esclave dans les bas-fonds du domaine de Corallia et meurt d'envie d'apprendre à piloter. Il réussit à s'évader mais sera obligé de laisser sa petite amie Qi'ra derrière lui. En se faisant embaucher dans des bandes armées successives et rivales chargées de procurer aux chefs le précieux coaxium dont ils ont besoin, il accède à une formation de pilote hors pair.

Analyse

Han fera au cours de son voyage initiatique la connaissance de ses futurs compagnons de route : son copilote, le wookie Chewbacca, aussi fort que poilu et malin, et Lando qui perdra dans une bataille sa sympathique 'robote' révolutionnaire (pour une fois, pas un robot), recyclée par la suite comme précieuse extension de l'ordinateur de bord. Ces mélanges de genres et d'espèces (il y en aura bien d'autres, on n'en fera pas l'inventaire, de moindre impact dramaturgique) sont aussi distrayants que politiquement corrects. On apprécie la jeunesse de Han, qui deviendra Solo un peu par hasard, et son inexpérience du monde politique le faisant échouer à plusieurs reprises dans ses essais de bravade pour sortir de situations dangereuses. Il récidive cependant sans hésiter et, quand il réussit, c'est en général grâce à ses compagnons. Ces exemples de solidarité, dans un groupe qui vient de se former, constituent un autre aspect constructif de ce film. Quant à la réalisation, les images sont soignées, en particulier celles du désert où va être raffiné le précieux métal. Les décors rendent bien compte de la misère des esclaves de Corellia. Les acteurs sont présents et crédibles. Mais...
Les dialogues sont pauvres et il est difficile de comprendre comment les revirements dans les relations humaines peuvent s'établir dans ces conditions. Le montage manque de la virtuosité qui serait nécessaire pour rendre réalistes les images des batailles, et se réduit souvent à un escamotage qui en amoindrit l'intérêt. Le scénario de cette introduction aux futurs épisodes - Solo, son nom, ses amis, ses capacités de pilote - n'apporte pas grand-chose aux amateurs de la saga. Enfin Solo : a Star Was Story échoue, malheureusement, au 'test de la schtroumpfette' : les deux personnages féminins ne se parlent jamais, et peut-on soutenir qu'une 'robote' même féministe, est un personnage féminin ?
Nicole Vercueil