Fiche

Titre : Searching, portée disparue
Edition : Etats-Unis, 2018, 1h42
Réalisation : Aneesh Chaganty. Scénario : Aneesh Chaganty et Sev Ohanian. Image : Juan Baran. Montage : Nick Johnson. Musique : Torin Borrowdale. Production : Timur Bekmanbetov. Distribution France : Sony Pictures Entertainment.

Interprétation :

John Cho (David Kim), Debra Messing (Rosemary Vick), Michelle La (Margot)

Auteur

Aneesh Chaganty est né en 1991. Il s’est fait connaître grâce à Seed, un court métrage pour le compte de Google Glass, récompensé du Future of Storytelling Fellowship. Searching est son premier long métrage.

Résumé

Margot, 16 ans, a disparu. Comme l’enquête piétine, son père, David, décide de regarder dans l’ordinateur de sa fille.

Analyse

C’est un film étonnant dont les trois quarts sont des images d’écran d’ordinateur ou de téléphone portable car toute l’enquête menée par le père de la jeune disparue se passe derrière un ordinateur. Le suspense grandit au fur et à mesure que David pénètre dans l’univers des réseaux sociaux que fréquentait Margot. Il découvre qu’il ignorait complètement la vraie vie de sa fille dont il se croyait très proche, surtout depuis le décès de sa femme deux ans auparavant. Comme dans un thriller classique, la tension monte progressivement mais ici l’action est statique. L’émotion vient du fait que l'histoire de la famille Kim est racontée à travers un montage de nos outils de communication quotidiens : conversations vidéo, go-pro, calendrier électronique, extraits de films familiaux tournés sur un portable, SMS ou séries de photos venant de Facebook ou d’autres réseaux sociaux. Quand David Kim n'est pas à l'écran, il marque sa présence en écrivant et en révélant sa façon de penser et son état d'esprit. Le réalisateur porte alors sa caméra sur l’hésitation de son curseur avant le clic sur tel ou tel lien ou sur le changement de vitesse à laquelle il déplace sa souris selon qu’il a peur ou qu’il est impatient.  Même en dehors de ces séquences numériques, l’action est très souvent nourrie par les images des chaînes d’information continue de la télévision, ce qui continue de créer une distanciation  par rapport à l’histoire et donne au film un style visuel rarement atteint au cinéma.
Jean Wilkowski