Cette semaine nous prions pour:

Les protestants et les apparitions de Marie

Voilà un sujet glissant pour les protestants, et même souvent un non-sujet. On n’en parle pas, tout bonnement. Ou bien avec un humour gêné… ou bien en renvoyant tout à la subjectivité de jeunes personnes troublées dans leur maturité… ou bien en rejetant avec violence ce qui est soupçonné de superstition populaire voire d’idolâtrie qui occulte la centralité de Jésus Christ pour le salut, au profit d’une piété mariale. Le tout sans fondement biblique.
Si ce n’est donc au nom de la raison, c’est par biblicisme qu’en quelques phrases le protestant règle son compte aux apparitions mariales 1, tout en dénonçant l’exploitation de tout « cela » par les institutions ecclésiastiques. Tout est dit, fermez le ban. 

Quelques protestants cependant, même s’ils demeurent étrangers à ce qui devenu un marqueur de l’identité catholique, voient bien que ce n’est pas aussi simple, en particulier lorsqu’ils essayent de comprendre la démarche de milliers d’humbles catholiques qui reviennent au Christ « par Marie » ( !) ou avec Marie, et combien ces « apparitions » suscitent à côté de la curiosité, de charité et de solidarités, fruits de l’Esprit.

1 Un exemple parmi les plus réticents : la crainte d’un glissement vers la communication avec les morts, condamnée par l’Ancien Testament (Dt 18.11).

Précisions à l’intention des protestants

Avant de parler des apparitions, encore faut-il comprendre ce que l’Eglise catholique entend par là, avec justesse et sans caricature.

L’Eglise catholique les considère d’ailleurs comme des révélations privées : c’est le Christ qui achève en la complétant la révélation (…) aucune révélation publique n’est dès lors à attendre, dit Vatican II 2, et aucune créature ne peut jamais être mise sur le même plan que le Verbe incarné et rédempteur… et de comparer le rôle de Marie au rôle des ministres 3.
C’est dire que la question des apparitions n’est pas une obligation de foi pour le catholique et que chacun est libre d’y croire ou non 4.

2 Vatican II, Dei Verbum, 4
3 Lumen Gentium 62. Le débat œcuménique sur la « coopération » de Marie du Salut est d’ailleurs aussi celui de la « coopération » des ministres et de l’Eglise au salut.
4 Paul VI n’en souffle mot dans son exhortation apostolique Marialis cultus 1974. Le catéchisme de l’Eglise catholique ne semble pas en parler non plus.

Dans la même ligne, la Constitution sur l’Eglise de Vatican II circonscrit le culte marial et avertit contre toute fausse exagération et non moins d’une excessive étroitesse d’esprit… ou encore contre tout geste susceptible d’induire en erreur soit nos frères séparés soit toute autre personne, sur la véritable doctrine de l’Eglise. 5 Il insiste en particulier sur le fait que le rôle de Marie ne diminue en rien l’unique médiation du Christ.

5 Lumen Gentium 67

Le cardinal Ratzinger, alors Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, précisait aussi : Le critère pour la vérité et pour la valeur d’une révélation privée est donc son orientation vers le Christ lui-même. Quand elle nous éloigne de lui, quand elle se rend indépendante ou même quand elle se fait passer pour un dessein de salut autre et meilleur, plus important que l’Evangile, elle ne vient certainement pas de l’Esprit Saint. 6

6 Congrégation pour la doctrine de la foi, Commentaire théologique sur le message de Fatima, 26 juin 2000. Cité dans le document anglican/catholique (ARCIC) Marie : grâce et espérance dans le Christ. 2004.

C’est aussi dans un sens christocentrique et sotériologique que le site officiel du sanctuaire de Lourdes interprète les « apparitions » de la grotte : C'est un endroit où Dieu nous laisse un message qui n'est autre que celui de l'Évangile. Dieu vient pour nous dire qu'il nous aime - voilà tout le contenu du "Message de Lourdes" -, et qu'il nous aime tels que nous sommes, avec toutes nos réussites, mais aussi avec toutes nos blessures, nos fragilités, nos limites…Le Christ est venu chercher et sauver ce qui était perdu. 7

7 Sur le site officiel du sanctuaire de Lourdes.

Au nom de ce recentrage évangélique, Mgr Perrier, évêque de Lourdes, a souhaité que les festivités autour du 150e anniversaire des apparitions de la Vierge à Bernadette, aient une ouverture œcuménique 8.

8 Unité des Chrétiens N°150/avril 2008, sur les Pèlerinages, page 21 : l’Eglise en mission pour l’unité des chrétiens.

Le groupe des Dombes 9 relève comment l’Eglise catholique, malgré l’engouement populaire, a été très prudente à l’égard des apparitions ou révélations : la reconnaissance de l’Eglise ne se fait que s’il y a conformité aux Ecritures et à la « foi de l’Eglise », et au vu des fruits de conversion. Cette reconnaissance ne signifie rien de plus que la permission accordée de la faire connaître… Et à de telles révélations même approuvées par l’Eglise, on peut ne pas accorder son assentiment.
Il compare encore le rôle de l’apparition à celui des icônes dans la tradition orientale, de l’ordre du charisme, don de Dieu à un membre du corps pour tout le corps.

9 Groupe des Dombes, Marie dans le dessein de Dieu et la communion des Saints, 2e édition page 159

Enfin, il ne faut pas oublier une dimension « eschatologique » : les apparitions de Marie sont une anticipation de la résurrection glorieuse finale et de ce que recevra tout croyant en Christ : la vie en plénitude.

Ainsi relues, comment un protestant peut-il se situer par rapport à ces « apparitions » ? De l’indifférence à l’attitude critique.

Sans doute se retrouvera-t-il dans cette prudence officielle de l’Eglise catholique tout en insistant davantage sur le risque de dérapage (si souvent constaté en religion populaire malgré l’enseignement précis de l’Eglise catholique!) conduisant à placer Marie au centre de la foi du croyant, parfois sans son fils. De l’apparition à la fascination, il n’y a qu’un pas et le protestant se questionnera sur le « produit de substitution » que sont les apparitions de Marie, toujours dans une figure de tendresse et de proximité contrastant avec la figure d’un Dieu et d’un Christ juge. Comme si le Christ ressuscité avait perdu sa proximité avec le croyant au point qu’il lui faille une figure miséricordieuse de rattrapage pour lui dire (médiatiser ?) la grâce et la tendresse de ce Dieu 10.

10 Le Vaudois Giovanni Miegge, dans un livre très documenté mais pré-conciliaire (1961), La vierge Marie (Bergers et Mages), souligne le principe d’analogie entre Marie et le Christ (Marie vit toutes les étapes de sa vie comme le Christ, de son immaculée conception à son assomption, comme figure et anticipation de l’humanité purifiée du péché) et conclut (p 193-201): le culte de Marie est un immense transfert affectif de la personne de Jésus à celle de sa mère (…) En passant de la personne du Christ à celle de Marie, les notions essentielles de la foi subissent une dévalorisation proportionnelle à la différence de niveau entre le Rédempteur divin et la mère purement humaine.

En la matière, le Sola Scriptura n’aide guère le protestant sinon pour effectivement constater aucune justification directe des apparitions mariales 11.

11 On peut se référer à l’excellente analyse des approches herméneutiques d’Hébert Roux, Bilan de l’Ecriture au point de vue protestant, Revue Etudes mariales, 1963. Tout en confessant un christocentrisme herméneutique, le catholique et le protestant suivent deux démarches opposées : l’un (catholique) cherchera à dégager à partir des textes mariologiques les éléments d’une théologie mariale pour les introduire dans la christologie du NT, l’autre (protestant) partira de cette christologie pour découvrir à travers elle le sens et la portée de ce que les textes nous disent sur Marie (…) C’est lorsqu’on a vraiment entendu et reçu le témoignage du Christ sur Marie, qu’il est possible de comprendre le témoignage de Marie sur le Christ.

Deux attitudes sont alors possible :

1. considérer que, puisque ce n’est pas explicite dans l’Ecriture, c‘est à bannir. En effet, lorsque Dieu veut nous donner des moyens de grâces, l’Ecriture est assez claire pour nous les indiquer, et cela suffit à la foi et au salut (satis est !). Point n’est besoin d’ajouter quelqu’autre révélation, fusse-t-elle privée (apocalypse 22,18). Toute la question, dans le débat œcuménique, est de savoir si une apparition mariale, comme toute vision ou révélation selon le mode de 1 Cor 14,26 « ajoute » quelque chose à l’Ecriture (et selon quelle interprétation ?) ou au contraire confirme les croyants (dans la subjectivité de leur foi) et les fait grandir ensemble en Christ. 

2. l’autre position, plus proche de la doctrine catholique officielle, considèrera les apparitions comme des a diaphora, dans la mesure où elles ne portent pas atteinte au cœur du message de l’Ecriture : la justification par la grâce au moyen de la foi du Christ. A ce message, il ne faut rien ajouter, il faut même combattre ce qui ajouterait quoi que ce soit d’une forme de médiation à la médiation du Christ qui donne la Grâce. Ici, la question des apparitions en tant que telles, est seconde par rapport à la question : réintroduisent-elle par la fenêtre une forme de coopération au salut qui replacerait Marie dans un statut de médiatrice ? Là, se fait la connexion avec les débats œcuméniques sur le type de médiation que constitue l’Eglise dans le don du salut : de quelle manière coopère-t-elle au salut ? L’Eglise sanctifiée devient-elle sanctifiante ? Et Marie aussi, en tant que membre éminent de l’Eglise-communion des saints ? … Où l’on voit que le problème n’est pas dans les apparitions mais bien en amont !

La question ici n’est pas la place de Marie dans la foi protestante. Avec Elisabeth, le protestant peut saluer Marie comblée de grâce, et avec Marie chanter le Magnificat. Marie peut être pour lui/elle l’exemple (le premier !) de l’accueil du Sauveur par la foi et de la suivance du Seigneur dans l’humilité, la figure de l’Eglise, la théotokos de l’ancien concile œcuménique … les Réformateurs ne se sont pas privés de cette richesse biblique même si, par la suite, une mariologie inflationniste devenant un marqueur de l’identité catholique antiprotestante, son absence totale est symétriquement devenue le marqueur identitaire d’une piété protestante anticatholique.

Mais les apparitions ? Pourquoi, par exemple, sont-elles inimaginables chez les protestants ? Est-ce parce qu’une théologie de la Parole a développé chez les protestants traditionnels une expression de foi plus rationnelle se méfiant des subjectivités ? Est-ce par retour à l’Ecriture seule « contre » les développements de la « Tradition » ? Sans doute un peu de tout cela, quoique la subjectivité de la foi autant que la Tradition de l’Eglise indivise aient leur place dans la foi protestante !

Peut-être aussi par une logique théologique aux accents sans doute plus pneumatologiques et calvinistes :

Le Christ est monté au ciel, il siège à la droite de Dieu, et un abîme nous sépare de Lui. Heureux ceux qui ne l’ont pas vu mais qui ont cru (Jn 20,29). Comment donc son amour se révèle-t-il aujourd’hui ? Par le don du St Esprit, depuis Pentecôte. Même dans la médiation de la prédication de la Parole et des sacrements (qui rendent visible l’Eglise), c’est l’Esprit Saint qui rend présent (réellement !) le Père et le Fils. Il est accueilli par cette foi qui ne relève pas des sens, de la vue ou d’autres affects.
On peut élargir le raisonnement : rien de ce qui est « au ciel » avec le Christ, pas plus les Saints que Marie, ne peut se « communiquer » ici-bas autrement que par le Saint Esprit et s’accueillir par la foi-qui-n’est-pas-la-vue.
Ainsi, si le protestant croit la communion des saints et leur intercession comme celle de Marie, il ne s’attend pas à ce que cette communion des saints s’exprime ou se visibilise autrement que par l’action de l’Esprit Saint dans la prédication de la Parole et les sacrements.
Alors, toute possibilité d’apparition à nos sens de ce qui relève de la Communion des Saints (Marie la première !) est d’avance désamorcée. Ce qui n’empêche pas le protestant de se confesser en pleine communion avec Marie et la grande nuée des témoins qui nous ont précédés, les martyrs en premiers.

Dans la rencontre œcuménique, il faut toujours se demander : quelles interpellations me lance la foi du partenaire ?

J’en vois trois :

La première : les protestants n’ont-ils pas « jeté Marie avec l’eau du bain », au point qu’elle n’habite plus leur piété, au moins dans le sens des Ecritures : que faisons-nous de son fiat, de son magnificat, de la salutation d’Elisabeth, du « elle repassait cela dans son cœur », de son « faites tout ce qu’il vous dira », et du « voici ta mère » adressé au disciple… car les Ecritures (et la prédication des Ecritures) sont les premiers lieux où Marie nous « apparaît » justement !

La seconde (cf. le groupe de Dombes 12) : une fois bien comprises la doctrine et la dévotion mariales catholiques, la considérons-nous comme incompatible avec le message de la justification par la grâce au moyen de la foi ? En d’autres termes, considérons-nous encore qu’elle porte atteinte à l’unique médiation du Christ pour le salut du monde ? Si nous répondons « non », c’est que la question n’est pas séparatrice et fait partie de la diversité légitime. On devrait donc pouvoir accepter dans nos assemblées protestantes des personnes qui exprimeraient une piété mariale de ce type… !

12 Marie dans le dessein de Dieu et la communion des Saints, Groupe des Dombes. Op. Cit.

La troisième est plus complexe. Elle questionne notre compréhension de la communion-communication des Saints et sa corporéité. Nos frères et sœurs catholiques et orthodoxes retournent l’argument : en Christ qui a vaincu la mort, la communion avec ceux qui nous ont précédés peut-elle encore rencontrer des barrières ? Ne sommes-nous pas unis au Christ, assis avec Lui dans les cieux (Eph 2,6) ? En Christ, n’y a-t-il pas une vue non plus selon la chair mais selon la foi (Jn 9,39 - 1 Cor 12,1) ? Qui ne se laisse donc pas arrêter par les limitations matérielles, corporelles, sensitives ? Dans la foi, serait-il donc possible de voir et entendre (Actes 9,4) Jésus, Marie et les Saints dans leur corporéité transfigurée ?

Voilà où pour moi se situe le dialogue œcuménique sur les « apparitions » de Marie aux croyants. Sans doute y a-t-il bien d’autres questions.
Depuis des siècles dans l’Eglise du Christ, Marie fait parler, débattre, chanter, prier, rendre grâce, agir… La mariologie a profondément divisé et blessé l’Eglise. On l’a vu, elle concentre bien des questions qui séparent encore nos Eglises. Pourrait-elle un jour cependant être facteur de réconciliation ?

Gill DAUDE - 18 avril 2008