Cette semaine nous prions pour:

Mythe et mystère d'Israël

Mythe et mystère d'Israël
par Henri Hatzfeld
Foi et Vie-3° Cahier d'études juives(1949)
Pages 419-440

*******

Page 437 …Remarque-t-on assez que le baptême des enfants constitue l'Eglise comme société close ? Ce sacrement de l'enfance lie en fait le renouvellement de l'Eglise et la continuité familiale…….Cette confusion du social et du religieux rapproche singulièrement l'Eglise de l'ancien Israël, qui seul, en droit, était vraiment le Peuple-Eglise. Et ce rapprochement est confirmé par certains aspects de la théologie du baptême (cf. l'argumentation de Calvin par exemple..)

…..Le baptême des enfants institue…un particularisme analogue à celui de la circoncision."Enjuivement" de l'Eglise….. : ce particularisme n'apparaît pas visiblement tant que l'Eglise vit dans l'illusion que tout le monde peut faire baptiser ses enfants, que tout le monde vit au bénéfice de la même grâce. Mais précisément les Juifs sont là .Ils ne peuvent pas faire baptiser leurs enfants. Pour eux le baptême des adultes est la seule entrée possible dans l'Eglise.

…..Pour le Juif….il s'agit d'un débat intérieur, d'une décision personnelle compliquée par la perspective d'une rupture sociale.

…..Est-il normal qu'une telle différence soit maintenue par le pédobaptisme entre le juif, le protestant ou le catholique ?

……Peut-être faut-il souhaiter qu'un jour vienne où les parents chrétiens ne voudront plus faire baptiser leurs enfants pour que ceux-ci ne bénéficient plus d'un privilège dont la privation peut conduire – nous le savons maintenant – d'autres vers les camps de la mort. Peut-être l'Eglise doit-elle se …..dépouiller elle-même du signe de grâce traditionnellement accordé aux enfants, afin que cette richesse renoncée en enrichisse d'autres et que son "amoindrissement" devienne le salut des Juifs.