2 Carême

Carême 2017

Christine Renouard

Cette année 2017 c’est Christine Renouard, pasteure de l’Église protestante unie de France, aumônier coordinateur à la Fondation des Diaconesses de Reuilly, qui a accepté de prendre en charge ces conférences. Elles seront diffusées à partir du 5 mars chaque dimanche à 16h sur France Culture.

Avec la participation du pasteur Denis Heller et de Monsieur Dominique Falo-Renaudin.

Un chemin de vie : les Psaumes

Avec Christine Renouard, ouvrons le livre des Psaumes, livre de prières et de spiritualité, découvrons un chemin où la lucidité n'exclut pas l'espérance.

Osons affronter nos nuits, car elles portent en elles la promesse de l'aube.

5 mars 2017

1. A la recherche de soi, à la rencontre de Dieu

Un temps à l'écart pour relire nos vies sous le regard de Dieu (Psaumes 123; 1; 16)


12 mars 2017

2. Colères et révoltes

Accueillir la colère, refuser la haine (Psaumes 7; 58; 83)


19 mars 2017

3. La mort dans la vie, la vie dans la mort

Face à ce qui détruit notre humanité, laisser parler la Vie en nous  (Psaumes 102; 38; 22; 41; 27; 69)


26 mars 2017

4. Dans nos nuits, guetter l'aurore

Croire qu'une vie libérée et restaurée est toujours possible (Psaumes 130; 51; 121)


2 avril 2017

5. Joies éphémères et joie fondatrice

« Seigneur, notre Seigneur, que ton nom est magnifique sur toute la terre ! » (Psaumes 18; 8; 113; 84; 30)


9 avril 2017

6. Marcher dans la confiance

« Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien. » (Psaumes 7; 23; 18; 77; 13; 90)

Carême 2016

Louis Pernot

Cette année 2016 c’est Louis Pernot, pasteur de l’Église protestante unie de France à Paris (Étoile), qui a accepté de prendre en charge ces conférences. Elles seront diffusées à partir du 14 février chaque dimanche à 16h sur France Culture.

De la mort à la vie : des résurrections

Le carême est le temps qui précède Pâques, certes on peut le voir comme un temps d’épreuve et de mort, mais cette mort n’est pas le dernier mot, elle ouvre sur la résurrection. Ainsi ce n’est pas la mort qui est valorisée, mais la vie qui triomphe de la mort.

L’Évangile est une bonne nouvelle, c’est en particulier celle de la vie qui est donnée à chacun par grâce. et pourtant la mort est présente dans l’Evangile, du début à la fin, et à chaque fois, cette mort est montrée vaincue, dépassée. L’homme par le Christ n’est pas condamné à la mort, mais promis à la vie.

Ainsi Jésus naît alors que, selon la loi, Marie, enceinte avant son mariage, aurait dû être condamnée à mort avec son enfant. Il est avant même de naître celui qui est sauvé de la mort par la transgression généreuse et pleine de foi de Joseph. Puis Jésus, au cours de son ministère, sauvera la femme adultère de la lapidation en témoignant d’une grâce inconditionnelle. Dans son enseignement, nombreuses paraboles témoigneront aussi de cette force de résurrection à l’œuvre, comme avec ce fils prodigue dont le père dit : « mon fils était mort, il est revenu à la vie ». Jésus, dans Jean nous est montré ressuscitant son ami Lazare, mais une lecture attentive du texte semble montrer que c’est surtout Marthe, sa sœur qui ressuscite. Et enfin c’est lui-même qui ressuscite nous ouvrant la voie de notre propre résurrection, Paul nous enseignant que par la foi nous sommes déjà passés de la mort à la vie parce que nous somme ressuscités avec Christ.

Ainsi ce carême doit être pour nous une préparation à l’accueil de cette vie à travers la mort, à regarder la croix, mais voir qu’elle n’est vraiment une bonne nouvelle que parce qu’elle sera vide, nous regardons au Vendredi saint, mais à travers cela, c’est le dimanche de Pâques qui est visé.

14 février

1. Jésus : un enfant condamné

Selon la loi, Marie aurait du être mise à mort avec l’enfant qu’elle portait   (Matthieu 1:18-21)

21 février

2. Une femme échappe à la mort

Jésus libère une femme pécheresse de la condamnation de ses accusateurs, (Jean 8:1-11)

28 février

3. Un fils retrouvé vivant

Mon fils était mort, il est revenu à la vie  (Luc 15:11-32)

6 mars

4. Une double résurrection ?

Un frère Lazare et une sœur Marthe au bénéfice de Celui qui est vie ( Jean 11 : 1 à 44 )

13 mars 

5. Un  Dieu qui  ressuscite !

Celui que vous avez fait mourir, Dieu l'a ressuscité  (Actes 2:23-24) 

20 mars

6. Nous sommes ressuscités

Paul parle  de la résurrection au passé. Que veut dire « être ressuscité » ? ( Colossiens 3 :1)

CAREME 2015

Dominique Fano-Renaudin et Antoine Nouis

Chaque dimanche de carême, sur France Culture, du 22 février au 29 mars 2015 de 16 heures à 16h30 les conférences seront présentées par le pasteur Antoine Nouis de l’Église Protestante Unie de France, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Réforme,accompagné par Dominique Fano-Renaudin sur le thème :

DES JOSEPH ET DES MARIE .De l’importance du nom dans les Écritures.

22 février JOSEPH LE PATRIARCHE, FIGURE D’EXIL Rester fidèle et droit dans les tumultes de la vie. Genèse 39-50

1er mars JOSEPH DE BETHLÉEM, FIGURE DE PATERNITÉ En accueillant Marie, il a offert un berceau à Jésus. Matthieu 1-2

8 mars JOSEPH D’ARIMATHÉE, FIGURE DE COURAGE En regardant la mort en face, il a offert un tombeau à Jésus. Marc 15.42-47

15 mars MARIE DE NAZARETH, FIGURE DE MATERNITÉ Une présence tenace, des langes au linceul. Luc 1

22 mars MARIE DE BÉTHANIE, FIGURE DE GRATUITÉ L’écoute et l’offrande, l’intuition et la prodigalité. Jean 12.1-8

29 mars MARIE DE MAGDALA, FIGURE DE FIDÉLITÉ Premier témoin de la résurrection, éliminée du cercle des apôtres. Jean 20.11-18

Carême 2014

 

Quel Esprit nous anime?

du 9 mars au 13 avril 2014 de 16h00 à 16h30,

sur France Culture

pendant six dimanches

Protestants, chrétiens, baptisés, nous sommes appelés à vivre en nouveauté de vie, à laisser l’Esprit du Seigneur inspirer nos actes, nos paroles, nos comportements. Quel est cet Esprit qui nous anime et nous fait vivre au diapason de Dieu ? A partir de quelques textes bibliques, nous découvrons comment cet Esprit nous conforme à la volonté du Seigneur, c’est une transformation lente qui contredit souvent nos réflexes et la culture ambiante.

Les disciples de Jésus cherchaient à savoir qui était le plus grand, le plus méritant ; Jésus inverse leur échelle des valeurs, il prône l’accueil inconditionnel, la non-concurrence, l’esprit de service.

Quel Esprit nous anime sera le refrain de ces six conférences de Carême.

Nous nous mettrons à l’écoute de ce que dit l’Esprit Saint aux hommes et femmes d’aujourd’hui.

Corinne AKLI, pasteur de l’Eglise Protestante Unie de La Rencontre (Paris 10ème), habituée des cultes du dimanche matin sur France Culture, déclinera ce thème sous différentes facettes.

Corinne Akli empêchée par un problème de santé n’a pas pu se rendre dans les studios pour donner ces conférences elle-même, elle est donc représentée au micro par le pasteur Marianne Guéroult. 

9 mars - UN ESPRIT D’AUDACE

Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné.
2 Timothée 1 : 7-8 et Actes 8 : 26-40

16 mars - UN ESPRIT D’EQUIPE

Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.
Romains 15 : 1-7 et Luc 9 : 46-56

23 mars - UN ESPRIT D’ECOUTE

Le premier service que l’on doit au prochain c’est de l’écouter.
Jérémie 27 : 1-4 & 14-15, Jérémie 28 : 1-17 et Jean 1 : 29-34

30 mars - UN ESPRIT DE TENDRESSE

Au nom de la miséricorde de Dieu… rivalisez d’estime réciproque.
Michée 6 : 8 et Romains 12 : 1-18

6 avril - UN ESPRIT DE JOIE ET DE SIMPLICITE

Qu’il grandisse et que je diminue. Telle est ma joie, elle est parfaite.
Jean 1 : 1-15, Jean 3 : 22-36 et 2 Corinthiens de 5:16 à 6 : 10

13 avril - UN ESPRIT D’ESPERANCE ET DE PERSEVERANCE

Redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche.
Luc 21 : 17-28 et Romains 8 : 22-23

Carême 2013

Conférences de Carême 2013

6 émissions diffusées sur France Culture du Dimanche 17 février au dimanche 24 mars à 16h

Avec les pasteurs Marianne Guéroult, Pascal Hubscher, Alain Joly.

Trois pasteurs pour trois approches: théologique, poétique et à la lumière de l’Evangile, pour cette actualisation du livre de Job !

 

"De la révolte à l'Espérance, Job !"

 

Le cheminement de Job est un cheminement existentiel. Job part d’une interrogation sur ce qui lui arrive : Pourquoi cette souffrance, cette injustice, ce rejet de Dieu ? Toute souffrance, toujours imméritée ou disproportionnée, produit la question double « pourquoi ? » et « pour quoi ? ». Les réponses vécues ici dans la foi en un Dieu tout puissant sont, pour Job, toutes irrecevables. Elles posent la question de la relation entre l’Homme et ce Dieu lointain, injuste et sanguinaire apparemment, mais surtout caché, absent, silencieux.  Job se bat avec ce Dieu qu’il confesse et qu’il convoque en procès, dans un vis-à-vis impossible, d’égal à égal… Dieu y consent et, enfin, Job le voit, Lui

Passer de l’incompréhension d’un Dieu dont l’image que nous véhiculons est souvent piégée vers l’attente d’un vis-à-vis libérateur, telle est la démarche de Job que nous voulons, par touches, exprimer dans ce chemin de Carême. Nous rejoignons là l’expérience de nos contemporains qui refusent un Dieu tout puissant, source inéluctable et logique de tout mal, et qui, au cœur d’un combat acharné, le convoquent et le rencontrent … parfois !  

 

Thématiques des 6 émissions :

  1. "Le mal une question sans réponse ?" D'un bout à l'autre, Job refuse les explications de ce qui lui arrive, les siennes qui le torturent comme celles de ces amis qui lui reviennent en boomerang. Il pose ainsi, comme un cri, l'inutilité pour le souffrant de l'éternelle question du "pourquoi ?" et du "pour quoi ?"

Texte proposé : Job 9, 1-24

 

  1. "Maudis Dieu et meurt", ou "le choix de mourir ?" Ne vaut-il pas mieux mettre fin à ses jours que de subir ce que vit Job ? Ce dernier traite d'insensée sa femme qui, ne supportant plus sa souffrance (l'ambiguïté sur le "sa" est voulue), par amour, lui conseille de mettre fin à ses jours en refusant le Dieu de vie, Celui qui fait vivre par la relation qui nous lie à Lui.

Job 2, 7-10

 

  1. " Le refus de la Foi "opium " " Les réponses des amis sensés le "consoler" et éviter qu'il ne blasphème dans sa douleur, sont celles qui fonctionnent parfois dans une foi opium, emplâtre, chargée d'obtenir l'acceptation ou la résignation. Job les refuse au point de revendiquer une rencontre d'égal à égal avec Dieu, divinisé qu'il est par la souffrance et l'expérience de l'injustice.

Job  12, 1-13

 

  1. " Dieu en procès " Le scandale de l'existence du mal met en cause une vision de la toute puissance du Dieu de la vie, du Dieu créateur. Job demande sans relâche que cette question soit mise en procès entre Lui et Dieu... Mais devant qui, avec l'aide de qui, attente insensée elle aussi ?

Job 31, 35- 40

  1. " Du combat naît l'Espérance " Au cœur du combat titanesque de Job avec ce Dieu de vie qui l'accable, surgit, naît une Espérance, celle d'être en sa présence, de com-paraître, de le voir, d'avoir enfin une rencontre en vis à vis ... Cette demande est toute l'attente de Job, son Espérance.

Job 19, 7- 29

     6.      "Tu as les bras trop court pour boxer avec Dieu" ou "quand Dieu   répond " La réponse de Dieu est plus que "décalée" mais, pourtant, il donne raison à Job contre les amis. Il répond à son attente du face à face, du vis à vis accomplissant ainsi l'Espérance de Job, au delà du "pourquoi ?" et des "pour quoi ?". Une seule attente fonde l'Espérance, la contemplation muette de la gloire de Dieu. " Maintenant mes yeux t'ont vu...". Vision au sens Johannique ?, loin de tout opium, paix inattendue, rencontre créatrice qui (re)donne la vie.

Job 40, 1 – 24 & 42, 2 - 6

Carême 2012

Agnès von Kirchbach

Premier volet d'une série de six conférences. À découvrir chaque semaine jusqu’à Pâques.

Le Carême est un temps privilégié pour reconsidérer notre vie avec Dieu et avec nos frères et sœurs.

La théologienne et pasteur Agnès von Kirchbach, propose cette série de conférences intitulée :

"Ecoutez et vous vivrez"

1) L’écoute, comme un accueil

Esaïe 55, 3

L’écoute dont parle le texte biblique ne requiert aucune fonction, aucune méthode, aucun statut social ou religieux précis. Elle se fait hôte de celui qui se dit. Elle offre une hospitalité intérieure, une demeure à celui qui se donne dans sa parole. Comme un trésor, elle recueille et garde ce qui lui est confié.

L’écoute met en relation . Elle est ouverture, disponibilité, partage.

L’écoute est présence ; on laisse dire celui qui est en face. De tout son être on offre une place à celui qui veut s’exprimer.

L’écoute est silence.

L’écoute est comme une résistance, elle est offerte pour que vienne au jour la vie. Elle n’est pas simplement une manière de laisser dire n’importe quoi. Elle n’est pas complaisance immobile ; elle ne signifie pas une neutralité qui accepte tout. 

 

Agnès Von Kirchbach , pasteur de l'Eglise réformée en région parisienne.

• 26 février : L’écoute, comme un accueil. Esaïe 55, 3

• 4 mars : Entendre mon nom comme une promesse. Matthieu 28, 19 

• 11 mars : Qui est-il Celui qui me parle ? Jean 20, 11-18 et Matthieu 17, 1-9

• 18 mars : Une écoute qui crée du neuf. Esaïe 50, 4 et Actes 9, 23-25

• 25 mars : Écoute du frère, rencontre de Dieu. Luc 10, 29-37

• 1er avril : Que celui qui a des oreilles entende,  et qu’il parle. Deutéronome 26, 1-11 et 1 Corinthiens 11, 23-26

 

__________________________________________________________________

 

CAREME 2011

Frédéric Rognon © FPF

LE CARÊME : UN TEMPS POUR LA RÉCONCILIATION

Les Conférences de Carême 2011 seront assurées par le pasteur Frédéric Rognon, professeur à la faculté de Théologie Protestante de Strasbourg, docteur en Ethnologie.

Diffusion sur France Culture le dimanche soir à 0h45

Ces conférences seront disponibles à l'écoute et en téléchargement sur le site Franceculture.com pendant une semaine. 

Diffusion sur:

Fréquence protestante 100.7 FM (région parisienne)le lundi à 21h30

PHARE FM Aux Portes du Dauphiné le dimanche à 8h30

Radio Dialogue RCM à Marseille-Provence  

Radio Alliance + (Nîmes sur le 103.1 en FM) le jeudi à 17h30 et le dimanche à 10h en écoute aussi sur:  www.radioallianceplus.fr/

FM + (Montpellier sur le 91 en FM)  les mardi à 13h15 et le dimanche à 10h en écoute aussi sur le:  www.fmplus.org

Radio Albatros (94.3 Le Havre - 89.8 Fécamp)dimanche à 10h et 20h30

RCF-Anjou (Angers 88.1 Baugé 90, Cholet  89.3, St Florent le Vieil  104, Saumur 93.4, Segré  90.9)lundi à 19h30 dimanche à 17h30 

1)      Nous sommes déjà réconciliés… avec Dieu !

Nos relations humaines sont soumises à de nombreux aléas : tensions, conflits, indifférence, ingratitudes, infidélités, reniements, trahisons, ruptures… Nous en faisons tous l’expérience. Par définition, « toute relation est relative ». Dieu seul est « relation absolue » : il est amour, fidélité, pardon et plénitude. Si nous lui sommes infidèles, lui-même nous est toujours fidèle. Le Carême est un temps privilégié pour reconsidérer notre vie avec Dieu et avec nos frères et sœurs. Et pour nous souvenir de l’œuvre réconciliatrice du Christ : il nous a réconciliés avec Dieu, afin que nous soyons ambassadeurs de réconciliation les uns envers les autres. Comment cela peut-il se traduire concrètement ? Ro 5, 9-11 ; 2Co 5, 18-20 ; Ep 2, 11-18.

2)      Va d’abord te réconcilier avec ton frère…

La réconciliation tient une place décisive dans le Sermon sur la montagne : elle semble bien l’emporter même sur toute manifestation de la foi, sur toute attitude de piété. Le culte est en effet conditionné à la restauration des relations entre frères et sœurs. Pour sa part, l’apôtre Paul, qui met tant l’accent sur la justification par la grâce au moyen de la foi, voit dans l’« amour » une chose « plus grande » encore ! Qu’est-ce donc que la réconciliation ? Pourquoi est-ce si important pour la vie chrétienne, pour le témoignage de l’Église ? Que signifie précisément « vivre en frères et sœurs » ?  Mt 5, 23-24 ; 1Co 13, 13.

 3)      Le prix de la réconciliation : le combat intérieur

 Avant de se réconcilier avec son frère Esaü, Jacob doit lutter toute une nuit avec quelqu’un : s’agit-il de Dieu, d’un ange, d’un homme, de lui-même… ? La réconciliation semble coûter cher à celui qui s’y engage : un rude combat intérieur, qui conduit à recevoir une nouvelle identité. Jacob s’appellera désormais Israël, ce qui signifie « Dieu a vaincu ». Est-ce donc Jacob qui l’a emporté, comme le dit le texte, ou bien le Seigneur, comme l’indique le nouveau nom de Jacob ? La réconciliation repose sur une victoire de soi-même sur soi-même avec l’aide de Dieu. La non-violence n’est pas l’absence ou le refoulement de la violence, mais elle est sa reconnaissance et sa domestication au terme d’un combat. Elle est la violence intérieure qui a enfin trouvé son maître. La réconciliation avec son frère est d’abord réconciliation avec soi-même. Gn 32.

4)      Réconciliés… pour mieux se séparer !

 Le récit de la réconciliation entre Jacob et Esaü est admirable. Et pourtant, paradoxalement, une fois réconciliés, les deux frères se séparent à nouveau. Mais ils se séparent en frères, ayant chassé toute peur de l’autre, toute haine et tout désir de vengeance ou de meurtre. Parfois, nous devons nous séparer de nos proches, pour trouver une juste distance. Mais cette séparation repose sur la reconnaissance de ses torts, le pardon, et l’amorce d’une nouvelle relation. La réconciliation permet de se séparer sans trop de blessures. Qu’est-ce que le pardon, et comment joue-t-il dans une réconciliation ? Qu’est-ce que cela peut signifier dans une vie de couple, entre collègues de travail, entre un pasteur et ses paroissiens ? Gn 33.

5)      Réconciliations personnelles et collectives

 Ce ne sont pas seulement les individus qui sont appelés à se réconcilier, mais aussi les familles, les communautés et les peuples. À cette échelle, la réconciliation peut exiger le recours à de grands moyens : une équipe de médiateurs en Nouvelle Calédonie ; une commission « Vérité et réconciliation » en Afrique du Sud ; la relecture en commun du passé et de ses affres, et la rédaction de manuels d’histoire bilingues, pour la réconciliation franco-allemande ou germano-polonaise. Qu’en sera-t-il demain pour les Croates, les Bosniaques et les Serbes, ou pour les Israéliens et les Palestiniens ?  2Chr 28, 9-15 ; Lc 10, 25-37 ; Ep 2, 19-22.

 6)      Qu’est-ce qu’une véritable réconciliation ?

 Il y a de fausses réconciliations : celle d’Hérode et Pilate, par exemple, qui, d’ennemis qu’ils étaient jusqu’alors, deviennent amis en condamnant Jésus. C’est le phénomène classique du bouc émissaire, qui consiste à se réconcilier avec ses adversaires au détriment d’une victime innocente. L’histoire de Joseph est édifiante à ce sujet, d’autant qu’elle se termine par une vraie réconciliation, et cela grâce à l’intervention de Juda, l’ancêtre du Christ ! Jésus lui-même donnera sa vie pour que les hommes se réconcilient avec Dieu et les uns avec les autres. Comment donc sortir du mécanisme du bouc émissaire, et accéder à une véritable réconciliation ? Comment nous réconcilier, et nous laisser réconcilier ?  Gn 37-50 ; Jn 8, 1-11 ; Lc 23, 12.

 

________________________________________________________________

Date 21/03/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 5/6
Sous Titre Dieu Choisit la Vie
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe.

Résumé

Beaucoup de chrétiens ne veulent pas se réclamer d’une religion du sacrifice où un Dieu réclamerait la mort de son propre fils innocent pour consentir à abandonner sa sainte colère. Beaucoup sont choqués que la vie humaine soit toujours considérée comme coupable, et qu’il faille payer du sacrifice de la vie ici bas dans l’espoir d’une vie céleste. La référence à la croix évoque alors un Dieu méchant et sanguinaire. La croix apparaît comme un épisode en trop dans l’histoire de Jésus, une tache qu’il faudrait gommer.

Alors comment soutenir qu’un laissez-passer pour la vie puisse passer par la croix ? Et pourquoi vouloir le soutenir ?

Juste parce que parfois, les impressions premières sont trompeuses. Juste parce qu’il arrive que des chemins arides soient porteurs des plus belles promesses.

Si la référence à la croix est constante dans le Nouveau Testament, ce n’est peut-être pas par un goût immodéré pour le sang et la cruauté. Il y a peut-être une façon de la comprendre qui ne l’évacue pas et qui, en refusant de la caricaturer, lui rend sa place libératrice.

 

 

En savoir plus
Date 28/03/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 6/6
Sous Titre La mémoire vive
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe.

Résumé

Notre aujourd’hui est marqué par l’absence. Absence de ceux qui sont morts, absence du passé, absence de Jésus-Christ. Il ne nous reste que la mémoire.

En savoir plus
Date 14/03/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 4/6
Sous Titre la vocation de l'amour : La Vie
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe

Résumé

« Laisse les morts enterrer leurs morts, et toi quand tu es en marche, tu annonces le Royaume de Dieu! », c'est la phrase extraite de l'évangile selon Luc qui nous guide au cours de ces six méditations et que nous découvrons, chaque dimanche, sous une facette différente.
Ce 4ième volet est une exhortation à renoncer à l'amour qui tue à partir du chapitre 2 du Cantique des Cantiques et du chapitre 14 de l'Evangile de Luc pour revenir sur la vocation de l'amour : La Vie

En savoir plus
Date 07/03/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 3/6
Sous Titre "La vie par don !".
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe.

Résumé

Laisse les morts enterrer leurs morts, et toi quand tu es en marche, tu annonces le Royaume de Dieu! », c'est la phrase extraite de l'évangile selon Luc qui nous guide au cours de ces six méditations et que nous découvrons, chaque dimanche, sous une facette différente.
Ce troisième volet s'intitule : "La vie par don !".Pardonner n'est pas un devoir. C'est une Grâce qui libère.

En savoir plus
Date 21/02/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 1/6
Sous Titre Le culte des morts ne fait pas vivre
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe.

Résumé

Carême 2010 : Un laissez-passer pour la vie !

 

"Laisse les morts enterrer leurs morts"

Cette parole de Jésus va nous accompagner tout au long des 6 émissions du Carême protestant. A chaque émission Isabelle et Didier Fiévet la déclineront sous un nouvel aspect.

C'est une phrase qu'on ne peut logiquement pas prendre au pied de la lettre: comment des morts pourraient enterrer d'autres morts? Ce sont toujours les survivants qui enterrent les morts. Si elle s'avère impossible dans la logique habituelle, c'est qu'il faut l'entendre autrement.

En savoir plus
Date 28/02/2010
Titre Un Laissez-passer pour la Vie ! 2/6
Sous Titre La vie est invisible pour les yeux
Invités Didier Fiévet. Pasteur à l’Eglise Réformée de France à Rennes : de formation médicale, il accorde une attention particulière à l’écoute pastorale.

Isabelle Fiévet. Depuis cinq ans, aumônier à la prison pour femmes de Rennes, qui incarcère les femmes ayant été condamnées aux plus longues peines en France. Avant cela elle a été aumônier dans les cliniques de Montpellier. C’est donc une douzaine d’années de ministère d’aumônerie qui ont forgé son expérience particulière ; dans une autre vie, elle était géographe

Résumé

« Laisse les morts enterrer leurs morts, et toi quand tu es en marche, tu annonces le Royaume de Dieu! », c'est la phrase extraite de l'évangile selon Luc qui nous guide au cours de ces six méditations et que nous découvrons, chaque dimanche, sous une facette différente

En savoir plus