Madeleine Barot

Née à Châteauroux le 4 juillet 1909, décédée à Paris le 28 décembre 1995, Madeleine Barot est connue aussi bien pour son rôle dans le protestantisme français, que pour son engagement dans les domaines de l'oecuménisme et de la défense des droits de l'Homme.

Archiviste à l'Ecole française de Rome, militante de la Fédération universelle des associations chrétiennes d'étudiants, elle rassemble autour d'elle, dès 1940, ceux qui constitueront les premières équipes de la Cimade. D'abord pour agir dans les camps d'internement du gouvernement de Vichy, pour organiser des lieux de refuge pour les juifs ; puis, après la guerre, pour poursuivre cette solidarité avec les réfugiés de tous pays.

En 1953, Madeleine Barot rejoint le COE où, chargée du département "L'homme et la femme dans l'Eglise et la société", elle va oeuvrer pour la promotion des femmes dans l'Eglise. Fidèle à ses engagements, elle aura des responsabilités dans le cadre de la Commission de "participation des Eglises au développement", puis à la Fédération protestante de France, ainsi qu'à l'ACAT, Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture, à la Conférence des religions pour la paix et, encore et toujours, à la Cimade.

Pour aller plus loin :
Musée Virtuel du Protestantisme français


©www.protestants.org