L'Avent

L’origine du temps de l’Avent remonte au 5 e siècle en Italie - précisément à Ravenne. A cette époque, le dimanche avant la fête de la naissance du Christ était consacré à la préparation de Noël. Au 6 e siècle, une liturgie de l’Avent voit le jour à Rome où le pape Grégoire 1 er (dit le Grand) fixe le nombre de quatre dimanches du temps de l’Avent. Toutefois, à Milan, on continue aujourd’hui encore à fêter le temps de l’Avent pendant six semaines.

Dès le 8 e siècle, le premier dimanche de l’Avent est fêté comme le commencement de la nouvelle année liturgique. Au commencement, c’était un temps de repentance et de jeûne, où il n’était permis ni de danser, ni de se marier. C’est pour cette raison que la couleur liturgique en usage est la même qu’au temps du Carême : le violet.

Le mot « Avent » provient du latin « Adventus », « La venue ». De nos jours, l’Avent - comme fête chrétienne – est devenu synonyme de préparation de la fête de la venue de l’enfant Jésus. Mais l’expression « Venue du Christ » reste volontairement ambiguë. En témoignent les thèmes de chaque dimanche :

- Le premier Avent a pour thème le retour du Christ aux derniers jours.

- Jean le Baptiste occupe une place centrale les deuxième et troisième Avent.

- Le quatrième Avent est consacré à « Marie, mère de Dieu » dans l’Eglise catholique romaine, alors que les Eglises protestantes ont choisi le thème de « la joie imminente » à l’approche de Noël.

La lecture proposée des prophètes est axée sur le changement de vie. Les Evangiles invitent à l’émerveillement et à la joie devant les promesses de Dieu qui prennent corps en Jésus.

Le temps de l’Avent invite les femmes et les hommes à vivre un cheminement intérieur, à découvrir le sens de la venue du Christ. L’Avent est un appel à accueillir Dieu et à en accepter les implications dans sa vie.

Marc-Etienne Berron
Pasteur à Wimmenau, UEPAL
Sources : http://www.heiligenlexikon.de/start.html?Kalender/Advent.html

Voir aussi : Le calendrier d’Avent