Le piétisme

Le piétisme est un grand mouvement religieux né en Allemagne au XVIIème siècle. Philipp Jakob Spener en était un des principaux instigateurs.
(Dès cette époque des tendances piétistes se sont aussi manifestées dans les Eglises non-conformistes outre-Manche ; le méthodisme de Wesley se rapproche beaucoup du piétisme.)

Le terme "piétisme" vient de la racine latine "pietas" qui a donné le mot "piété". La piétié est un sentiment de dévotion, d'amour et de respect à l'égard de Dieu.
Le courant du piétisme reprochait à l'orthodoxie protestante de l'époque de faire de la religion un ensemble de confessions de foi dans lesquelles la piété et la sensibilité personnelle du croyant n'avait pas de place. Le piétisme donna un élan nouveau à l'Eglise en proposant une approche de l'Ecriture simple et personnelle. Il eut la volonté de mettre en valeur les oeuvres issues de la foi.

A la fin du XVIIIème siècle, le protestantisme était influencé par le courant rationaliste. Le rationnalisme remettait en question la révélation, et ainsi les fondements de la tradition chrétienne. Une religion philosophique se développait appelée déisme.
Face à ce courant, il y eut un renouveau spirituel dans l'Eglise, en particulier grâce à l'influence du piétisme. Cette période de renouveau spirituel - appelée "Réveil" - favorisa le développement de nouveaux mouvements comme le méthodisme.

Le Réveil commença en France à partir de 1815 par l'intermédiaire de missionnaires venus d'Allemagne (Erwekungsbewegung) et des pays anglo-saxons (Revivals). En voici quelques caractéristiques :
- Les prédicateurs insistaient particulièrement sur la conversion personnelle, la repentance et l'irruption de la grâce. Ils invitaient les fidèles à partir en mission dans le monde pour annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.
- Pour prouver l'authenticité de leur message, les croyants du Réveil mettaient en valeur les confessions de foi des réformateurs. En cela, le mouvement du Réveil se rapprochait de l'orthodoxie protestante.
- La recherche théologique était synonyme de spéculation. Ce rejet de la recherche augmentait la probabilité de faire une lecture fondamentaliste du texte biblique.

Aujourd'hui, nous retrouvons en filigrane les caractéristiques du piétisme et du Réveil au sein des mouvements évangéliques.

Pour plus d'information, voir :
Georges Casalis, Protestantisme, Paris, Encyclopédie Larousse, 1976
Wolfhart Pannenberg, Problemgeschichte der neueren evangelischen Theologie im 19. und 20. Jahrhundert, UTB Wiss 1979, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1997

Matthias DIETSCH, mai 2001
©www.protestants.org