Accès au logement des plus vulnérables : un devoir impérieux

Lors de leur rencontre régulière avec le président de la Fédération protestante de France, le pasteur Claude Baty, les responsables des associations protestantes engagées dans le travail social ont fait état de leur grande préoccupation, notamment en ce qui concerne l’hébergement d’urgence et l’augmentation du nombre de personnes sans abri. La situation est telle que des familles avec de petits enfants se retrouvent à la rue.

Ces organismes protestants* et de nombreux autres acteurs sociaux, réunis au sein du Collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées, ont dénoncé ces derniers jours l’état d’urgence sociale qu’ils constatent. Ils ont manifesté leur désaccord avec la politique actuelle diminuant considérablement les budgets qui leur sont alloués alors que la situation s’aggrave.

Bien que cela puisse paraître paradoxal, la situation des exclus est plus difficile pendant l’été qu’en hiver du fait de la fermeture temporaire d’un certain nombre de structures.

La question de l’accès au logement des personnes sans abri et mal logées concerne non seulement les associations engagées dans le travail social, mais aussi les Églises.

Associations et Églises ont besoin les unes des autres pour répondre à leur vocation commune qui est, entre autres, de prendre soin du plus démuni. La Fédération protestante de France est solidaire des associations engagées pour cette cause.

Le Conseil national de l’Église réformée de France a écrit au secrétaire d’État au logement pour manifester également sa vive préoccupation (voir pièce jointe).

*La Fédération de l’Entraide protestante (FEP), le Centre d’action sociale protestant (CASP) et la Fondation de l’Armée du Salut sont membres du Collectif depuis sa création en 2007.

Le communiqué en pdf
Lettre du Conseil national de l'ERF (3 juillet 2011)
Communiqué du Collectif (29 juin 2011)