Pierre-Olivier Monteil

On a perdu l’estime de soi, la confiance entre les uns et les autres et les promesses  d’un rêve commun se sont évaporées. Entre réalisme et idéal sociétal, Pierre-Olivier Monteil signe un livre dans lequel il ausculte dans quatre domaines (l’entreprise, le chômage, la politique et les médias) cette perte de confiance et préconise quelques remèdes pour sa renaissance vitale au vivre ensemble. Individuellement et collectivement, c’est un changement de regard  auquel l’auteur nous invite car dit-il, «  la confiance est la jointure des relations ».  Pour préparer un printemps  commun, on peut lire « cette philosophie d’urgence pour société en crise » : C’est aux Editions François Bourin et le titre est « Reprendre confiance ».

12'19

Brice Deymié

Pour enrayer sur le territoire l’influence de l’islamisme radical, le gouvernement préconise plusieurs actions dans plusieurs domaines. C’est le cas de l’univers carcéral en proposant d’augmenter le nombre d’aumôniers musulmans en prison, lieu où la radicalisation est fortement ressentie. C’est une idée récurrente qui pourtant soulève de nombreuses questions et manifeste une grande ignorance de l’histoire et du fonctionnement de l’aumônerie de prison.  Brice Deymié, qui est l’aumônier national protestant des prisons, reprend les éléments de ce dossier brûlant.

11'30

Thomas Wild

Syrie, Liban, Égypte, Iran : des pays qui traversent des épreuves graves. Les chrétiens, minoritaires, et les protestants, minorité dans cette minorité, semblent être les victimes toutes trouvées de tensions qui les dépassent. L'ACO (l'Action Chrétienne en Orient), depuis sa fondation en 1922, a gardé des contacts avec ces chrétiens, qui luttent et résistent depuis toujours pour préserver l'héritage évangélique et être témoin d'un message de paix et de réconciliation.

Le pasteur Thomas Wild, Directeur de L’ACO, fait le point sur les actions en cours.

 

www.aco-fr.org

14'29

Eric George

Tout le monde en parle encore, bien que de nombreuses conversations et prises de paroles aient été lues ou entendues dans les médias. La prédication a aussi été le lieu de réflexions sur ce que les Ecritures racontaient concernant le blasphème. Les chrétiens n’ont-ils pas une compréhension particulière de ce mot et de ses conséquences ? C’est le sujet de cet entretien avec le pasteur Eric George de l’Eglise protestante unie de France. Vous avez dit Blasphème ?

11’20

Laurent Schlumberger

Voilà déjà presque 2 ans que l'Eglise réformée de France et l'Eglise évangélique luthérienne de France se sont unies en une seule église pour mieux témoigner de l’Evangile. En ce début d’année 2015, le temps est venu de faire le point sur cette page d’histoire de France et d’entendre les élans et les projets de cette Eglise jusqu’en 2017. Année qui marquera le 500e anniversaire de l’origine de la Réforme à Wittenberg au XVIe siècle. Autre temps, autres questions, autres désirs, autres défis pour cette Eglise du XXIe siècle.

Entretien avec Laurent Schlumberger, président du conseil national de l’EPUdF.

13'35

Jean-François Zorn

Pour terminer l’année du centenaire de la grande guerre, l’historien Jean-François Zorn aborde dans cette deuxième émission consacrée aux missions protestantes, la question du remplacement des missionnaires allemands qui, dès l’automne 1914, ont été expulsés vigoureusement de leurs missions d’Afrique et du Pacifique.

C’est une page d’histoire peu connue. Après le Traité de Versailles, les territoires coloniaux allemands et alémaniques ont été redistribués entre alliés, leurs missions réorganisées. Ces évènements furent pour les populations colonisées le creuset des indépendances à venir.

A lire : J.-F. Zorn, « Du Champ de Bataille au champ de mission. Bouleversements provoqués dans la mission outre-mer par la première Guerre mondiale », in le Bulletin de la SHPF, Les Protestants français et la première guerre mondiale, Tome 160, janv-Mars 2014.

14'08

Jean-François Zorn

Comment expliquer que les missions protestantes de l’empire colonial français  aient pu non seulement justifier la guerre fratricide en Europe mais plus encore convaincre les  populations locales de partir défendre la civilisation et la « Mère- patrie » ???

Et encore en amont, Comment les missionnaires ont-ils soumis leur conscience à l’idéologie de « l’Union sacrée ».  Comment sont-ils passés de l’Évangile de Paix qu’ils prêchaient  de l’Afrique aux colonies du Pacifique, le bien-nommé, à la prédication de la guerre juste car justifiée ?

Nous avons invité l’historien, Jean-François Zorn, pour deux émissions consacrées aux protestants dans  La 1ère guerre mondiale sous deux angles : la première évoque le rôle des missionnaires avec  les populations indigènes pour les engager dans le conflit mondial. La seconde évoque les missions protestantes des pays alliés  elles-mêmes, remplaçant les missions allemandes expulsées, dès 1914.

Voir les articles dans «  les Protestants français et la première guerre mondiale », tome 160 du bulletin de la SHPF, SHPF-DROZ 2014.

14'33

Patrice Rolin

L’Alliance biblique française, le Service Justice et aumônerie des prisons de la FPF et l’Aumônerie catholique des prisons font  paraître aux Editions Bibli’o une « invitation à un parcours biblique » intitulée Paroles de Liberté et destinée aux personnes détenues de langue française.

Cet outil original en 10 thèmes est une présentation de questions existentielles très proches de la vie carcérale, mais pas exclusivement,  qui ont des échos dans les textes bibliques, sans toutefois donner de réponses toutes faites. Les questions ouvrent à des sentiers pour la compréhension et la réflexion.

Chaque section se clôt par un psaume à méditer, à chanter. Le tout est enveloppé de couleurs, de graphisme, de photos. 

C’est un outil pour un usage individuel ou pour des groupes de lecture biblique, en détention ou en toute liberté ! 

On peut se le procurer en librairie : Paroles de Liberté, une invitation à un parcours biblique, Edition Bibli’o.  Prix : 6,50€.

 

12'48

Jean-Etienne de Linarès

 

Deux femmes sont à l’origine de la création de l’ACAT le 16 juin 1974. Lors d’une conférence d’un pasteur, Tullio Vinay, qui revient du Vietnam et décrit les tortures pratiquées, y compris sur des enfants, Édith du Tertre et Hélène Engel, protestantes, se sentent appelées par cette phrase : « Pendant combien de temps laisserons-nous défigurer le visage du Christ ? »

Elles décident alors de s’engager et de transmettre leur indignation : elles fondent l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) avec des amis issus de toutes les confessions chrétiennes, car elles estiment qu’il est du devoir des chrétiens, plus encore que les autres, de lutter contre ce qu’elles appellent  le scandale de la torture. La vocation œcuménique, de l’ACAT est née.

Qu'en est-il de l'ACAT après 40 ans de lutte contre la torture?

Les motivations chrétiennes et œcuméniques des origines, sont-elles toujours d'actualité?

Le militantisme idéaliste qui a permis à l'ACAT de connaitre une forte expansion ne s'émousse-t-il pas ?

Jean-Etienne de Linarès, Délégué Général de l'ACAT depuis 14 ans, brosse un portrait de l’ACAT, une quarantenaire dans la force de l’âge.

Ce n'est pas de votre faute si la torture existe, mais si elle recule, c'est grâce à vous!

13'42

Guylène Dubois

Elle dégage une belle énergie nourrie de sa passion pour les livres et de son parcours atypique au service des auteurs, des éditeurs et des lecteurs. Guylène Dubois aime les livres et aime le livre sous toutes ses formes. A l'heure de la numérisation comment le livre résiste-t-il ? ou comment en profite-t-il ? Le point sur la diffusion et la transmission de la pensée protestante et de sa théologie par le livre.

Le livre une passion qui se partage !

13'54

Recherche