La déclaration de Mennorode lors de la douzième Consultation du Réseau européen des aumôneries 2012

(traduit de l’anglais)

1.      Une vision globale

Comme aumôniers, nous comprenons l’être humain de façon globale. Cela implique la prise en compte de quatre dimensions : physique, psychologique, sociale et spirituelle. Dans le système de soins, la dimension spirituelle n’est pas toujours reconnue pleinement. Et même lorsque qu’elle est reconnue, elle n’est pas toujours intégrée dans la prise en charge du patient. Dans une société diversifiée, prendre en compte la dimension spirituelle de la personne représente un véritable défi.

2.      Travail inter-disciplinaire

Tous les professionnels de santé partagent la responsabilité de la prise en charge globale du patient. C’est pourquoi la collaboration entre les professionnels est essentielle. Dans le travail en commun chaque catégorie professionnelle a sa responsabilité propre. Les aumôniers sont spécialisés dans la prise en charge spirituelle. Ces derniers doivent être conscients de leurs propres croyances, traditions et de la culture dans laquelle ils vivent. Cela est nécessaire pour pouvoir respecter et comprendre le patient et les autres professionnels de santé.

3.      Travail interreligieux

Les aumôniers sont appelés à travailler de manière interreligieuse au sein même du service de  l’aumônerie. Cela implique :

-         d’une part, une identité claire liée à leur enracinement dans leur propre communauté de foi tout en gardant la liberté nécessaire pour pouvoir effectuer correctement leur travail et,

-         d’autre part, une identité commune à tous les aumôniers en tant que responsables du soin spirituel au sein de la communauté des établissements de santé.

4.      Parler plusieurs langages

Le fait de travailler dans des systèmes de santé non seulement complexes mais en mutation continuelle exige une formation professionnelle, une connaissance de ces systèmes ainsi qu’un regard critique à l’égard de ces systèmes. Les aumôniers devraient pouvoir expliquer la nature spécifique de leur travail dans un langage compréhensible par toute personne impliquée directement dans le système de santé et dans la société de façon générale. Il important que les aumôniers puissent parler ces différents langages.

5.      Intégration

Il existe un éventail important concernant l’intégration de l’aumônier dans le système de santé qui va de l’isolement total à l’intégration complète. L’aumônerie devrait être intégrée dans le système de santé mais il n’existe pas de règle d’or stipulant le degré de cette intégration. Celle-ci dépend de la personne et du contexte dans lequel elle travaille. Dans tous les cas, il faut une garantie pour que la confidentialité liée au travail d’aumônerie soit respectée.

6.      Evaluation

Les aumôniers sont des professionnels et travaillent dans un contexte professionnel. Certains aspects de la prise en charge spirituelle peuvent être évalués. C’est pourquoi l’aumônerie devrait développer ses propres référentiels de mesure fondés sur des méthodes scientifiques de mesure.

7.      Dimension prophétique

La dimension prophétique de la tâche des aumôniers est de favoriser la place centrale de la personne humaine au sein du système de santé. Il leur revient de veiller à cela tant aux différents niveaux du système de santé qu’au niveau des communautés religieuses.

8.      Espérance

Conscients que la vie humaine est sujette à des événements qu’il n’est pas possible de maîtriser, les aumôniers peuvent faciliter l’expression de situations de vie incurables tragiques ou sans solution. Ils peuvent aider les personnes à faire un lien de sens et d’espérance entre leurs propres histoires de vie, et les histoires sacrées et/ou les histoires de sagesse humaine.

 

http://www.enhcc.eu/