Activité d'aumonerie et présentation FPF

Prison: ce n'est pas la peine d'en rajouter !

 

Les prochaines journées nationales prison : du 24 au 30 novembre 2012

Le projet de loi sur « l’exécution des peines » prévoit entre autres de porter à 80000 le nombre de places en prison.  Beaucoup d’associations et de syndicats du monde de la justice se sont opposés à ce texte estimant que construire 30000 places supplémentaires n’est pas la solution miracle pour lutter contre la surpopulation pénale. Il faut éviter l’incarcération surtout pour de petites peines qui sont très destructrices socialement.

Le Groupe National de Concertation Prison (GNCP) a décidé de prendre comme thème des prochaines journées nationales prison celui des peines alternatives. Nous voudrions sensibiliser l’opinion publique au fait que « peine » ne signifie pas forcément enfermement, surtout pour de petites peines qu’on sait souvent inutiles. Autant il est nécessaire que toutes peines soient exécutées, ne serait-ce que pour le respect que l’on doit aux victimes, autant magistrats et politiques peuvent essayer « d’inventer » d’autres manières de punir et nous pouvons les aider dans cette réflexion. La campagne pour les élections présidentielle et législatives  qui s’ouvre est le bon moment pour rencontrer celles et ceux qui nous gouvernent et leur parler de l’avenir de la justice pénale dans notre pays.

Voici quelques réflexions qui peuvent nous aider dans notre démarche et qui contribuera à alimenter le débat lors des prochaines journées nationales prison du mois de novembre (du 24 au 30) :

o   Se doter de prisons à taille humaine

La pison ne doit pas exclure, au contraire elle doit donner à la personne condamnée la motivation pour sortir de la spirale de la délinquance. Le projet de loi permettrait de construire des établissements pouvant atteindre 900 places ; or, dès qu’ils dépassent 200 places, ils génèrent des tensions, et donc des échecs comme a pu le constater le contrôleur général des lieux de privation de liberté.

o   Accompagner le plus en amont possible

Seules 18% des personnes condamnées bénéficient d’un aménagement de peine. Jean-René Lecerf, sénateur UMP, déclarait : « l’annonce de 30000 place de prison supplémentaires est électoraliste et contradictoire avec les aménagements de peine. Lorsqu’il faudra financer l’investissement de ces places, une place en cellule coûte environ 10.000 euros, et des personnels de surveillance indispensables pour permettre le fonctionnement de ces prisons nouvelles, que restera-t-il comme moyens financiers disponibles pour recruter les personnels d’insertion et de probation supplémentaires qui permettraient la réussite des alternatives à l’incarcération et des aménagements de peine ? »

o   Le coût de la prison

Le coût moyen d’une journée de détention est estimé par la Cour des comptes à 71,10€. Les aménagements de peine coûtent beaucoup moins cher. Une place en semi-liberté : 47,81€, le placement extérieur : 40€, le bracelet électronique : 5,40€. Les travaux d’intérêts généraux ne coûtent pratiquement rien à la puissance publique.

               90% des peines non exécutées sont des peines inférieures à deux ans, donc aménageables. Il faut rappeler que l’aménagement est un mode d’exécution et non une faveur.

Encore des chiffres… du bon et du moins bon

Au 1er janvier 1997 il y avait 54496 personnes écrouées, aujourd’hui il y en a 73149 soit une augmentation de 18%.

Le pourcentage des personnes condamnées faisant l’objet d’un aménagement de peine était en 2004 de 5,4% aujourd’hui le pourcentage est de 18%

Le surpeuplement carcéral était de 14384 personnes en 2004, aujourd’hui il est de 11282 personnes.

En 1971 la durée de peine moyenne était de 4,9 mois, elle est aujourd’hui de 9,8 mois.

En 1970 il y avait 29026 personnes sous écrou, aujourd’hui il y en a 66975

En 1970, les prisons françaises comptaient 37% de prévenus, ils ne sont plus que 23% aujourd’hui.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à suivre ce lien vers le dossier technique des prochaines journées nationales prison.

retour à la page d'accueil