Traductions de La Bible

Cette fiche est extraite du site animationbiblique.org 

Petite histoire de la traduction de la Bible et indications pour se repérer dans les principales versions françaises actuelles.

Rapide historique

La traduction des textes bibliques a commencé très tôt. Dès le 3ème s. avant J.-C., des textes qui vont entrer dans l’Ancien Testament ont été traduits en grec (traduction des Septante ou LXX). Le Nouveau Testament a commencé à être traduit du grec en d’autres langues dès sa formation. Les textes de la Bible ‘vivent’ parce qu’ils sont traduits ; c’est ce qui permet qu’ils soient lus. Au début du 19ème siècle tout ou partie de la Bible était traduite dans 71 langues. Début 2006 une partie au moins de la Bible est traduite dans environ 2100 langues (il y a autour de 6700 langues connues).

Types de traductions de la Bible

Il existe plusieurs types de traductions de la Bible, dans les langues européennes en tout cas. Chacun de ces types répond à des objectifs précis concernant le public auquel la traduction est destinée, l’usage pour lequel elle est prévue, la méthode employée pour la mener à bien.

  • Les traductions peuvent se situer dans une tradition confessionnelle ou être œcuméniques c’est-à-dire réalisées par et pour des protestants, des catholiques et éventuellement des orthodoxes.
  • Elles peuvent être le plus proche possible, dans leur forme, du texte original (traductions littérales appelées traductions à équivalence formelle) ou le plus proche possible de la langue des lecteurs (traductions en langue courante appelées traductions à équivalence dynamique).

En outre elles peuvent proposer un matériel de travail en vue d’une étude approfondie des textes ou un matériel qui favorise une première lecture et une première étude.

Par ailleurs, au bout d’un certain temps, les traductions sont révisées. Cela est nécessaire parce que les sociétés, les cultures et les langues évoluent et aussi parce que la recherche biblique apporte de nouvelles informations et de nouveaux éclairages.

Quelques exemples parmi les principales versions françaises actuelles

La version Segond (Sg)

est liée à la tradition protestante. De 1880 à nos jours elle a connu un certain nombre d’éditions et de révisions. La méthode de traduction est d’être aussi près que possible des textes hébreu et grec. La dernière révision date de 2002 (Nouvelle Bible Segond ou NBS) : elle est parue sous la forme d’une Bible d’étude avec beaucoup de matériel de travail (introductions, notes, tableaux, documents, concordance…).

La bible de Jérusalem (BJ)

est liée à la tradition catholique et à la recherche menée par l’Ecole biblique de Jérusalem. Sa dernière révision date de 1999. Elle connaît plusieurs éditions (d’étude avec notes complètes, sans notes…). L’ordre des livres de l’Ancien Testament est celui de la Septante.

La Traduction Œcuménique de la Bible (TOB)

parue pour la première fois en 1975, est la première version résultant d’une collaboration entre spécialistes protestants et spécialistes catholiques. La TOB existe dans deux éditions (avec notes et introductions détaillées, avec notes et introductions réduites). Les livres de l’AT sont proposés dans l’ordre du canon juif. Les livres deutérocanoniques (c’est-à-dire d’un second canon) qui n’ont pas été conservés par les Juifs et ne sont en général pas lus par les Protestants, sont placés entre l’Ancien et le Nouveau Testament.

La bible en Français Courant (BFC) et la bible du Semeur

utilisent la méthode de traduction à équivalence dynamique qui favorise la compréhension dans la langue des lecteurs. La construction des phrases et le vocabulaire employé sont ceux du français parlé et compris par le plus grand nombre.

La bible Parole de Vie (PDV)

utilise la même méthode de traduction que la BFC, mais elle emploie un niveau de langue appelé le français fondamental avec des constructions de phrases et un vocabulaire restreints et simples.

Pour plus d'informations

  • sur les traductions de la Bible en français :
    Jean-Marie AUWERS et collaborateurs, « La Bible en français, Guide des traductions courantes », Lumen Vitae 11/12, Bruxelles, 2002
  • Sur le problème de la traduction :
    Paul RICOEUR, Sur la traduction, Bayard, 2004