Eléments de réflexion au sujet de la Dissuasion Nucléaire

Pasteur Stéphane Rémy

Préparation à l'audition de la Commission de la Défense Nationale

le mercredi 12 février 2014

Rédacteur :
Pasteur Stéphane Rémy
Directeur de l’Aumônerie Protestante aux Armées
le 9/02/2014

Le texte en pdf

Mes responsabilités se situent à la jonction entre la Fédération Protestante de France et le Ministère de la Défense. En tant qu'aumônier militaire en chef j'ai un devoir de réserve et je ne prendrai évidemment pas position dans débat qui comporte des enjeux stratégiques. En tant que chef de service au sein de la Fédération Protestante de France, il m'est demandé d'accompagner la commission de l'aumônerie aux armées qui peut être sollicitée pour réfléchir à des sujets d'ordre éthiques liés à la force armée.

Ce sujet du nucléaire a toujours mobilisé avec plus ou moins d'intensité la famille protestante.

- En 1983 la FPF réunie en Assemblée à La Rochelle exprime par un voeu « un gel nucléaire même unilatéral » alors que quelques jours avant la Conférence des Évêques de France justifiait le recours à la dissuasion par la bombe atomique pour préserver un équilibre de non-guerre. Lire

- L’assemblée générale de la Fédération protestante de France, réunie les 21 et 22 janvier 2012 à Paris, demande au Conseil de la FPF d’engager avec la commission de l’aumônerie aux armées une réflexion sur l’usage potentiel du nucléaire militaire. Lire

- Selon le journaliste du journal Réforme (13/11/2013), Louis Fraysse, « La FPF, par le biais de sa commission Église et Société, réfléchit quant à elle à présenter un communiqué commun dans le cadre du Conseil d’Églises chrétiennes en France (CECEF), afin d'interpeller le gouvernement sur cette question de la modernisation de l'arsenal nucléaire. » Lire

Sur le sujet les protestants ne sont pas unanimes mais ils ont la culture du débat et de la réflexion.

1. Crédibilité des engagements politiques
La prochaine conférence d'examen du TNP aura lieu en 2015. L'article VI du traité prévoit que les puissances nucléaires s'engagent à poursuivre « de bonne foi » des négociations « sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ». Le gouvernement français s'est engagé vers une diminution de l'armement nucléaire tout en procédant à une modernisation qualitative. Le livre blanc précise que La France « inscrit le maintien de sa dissuasion nucléaire à un niveau de stricte suffisance ».
Au moment où la parole des hommes politiques perd de sa crédibilité aux yeux des citoyens, il me semble utile de montrer que le protestantisme attache une importance non négligeable pour que l'on sorte de la « parole humiliée » pour reprendre le titre d'un livre de Jacques Ellul. Le pasteur Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, a lui-même mis l'accent sur la confiance, la responsabilité et la persévérance, lors de voeux qu'il a adressés au premier ministre
Jean-Marc Ayrault qui a fait l'honneur d'accepter son invitation au siège de la FPF. Ces valeurs, les protestants souhaitent les voir respectées, en paroles et en actes, autant pour leurs fidèles que pour les hommes politiques pour lesquels ils votent.
C'est pour cela que la valeur que le citoyen décerne aux paroles et aux actes est capitale car elle qualifie ou disqualifie l'engagement politique.

2. Repenser la dissuasion
Pour Thérèse Delpech, la notion d’un "deuxième âge nucléaire est apparue à la fin des années 1990". Il faut reconnaître que la fin de la guerre froide "n’est pas synonyme de disparition des armes nucléaires". De nouvelles puissances nucléaires apparaissent. Mais l'auteur montre que les leaders d'hier maîtrisaient bien cette dissuasion qui impliquait une non-utilisation de l'arme. Une inquiétude légitime peut naître au sujet des leaders d’aujourd’hui qui "sont peut-être mal préparés à gérer les crises impliquant des armes non conventionnelles". D'où un appel de l'auteur décédé en 2012 mais qui nous a laissé une invitation à la réflexion au travers de son livre « La dissuasion nucléaire au XXème siècle ».
Ces sujets qui concernent la Défense sont certes complexes et nécessitent une masse d'information pour commencer à amorcer une réflexion équilibrée et responsable. Mais n'est-ce pas le rôle de toute démocratie de chercher à instruire les citoyens afin de les amener à réfléchir sur les enjeux stratégiques qui les concernent. L'examen du TNP en 2015 est une occasion pour la classe politique proposer aux citoyens de débattre. C'est une orientation que pourrait prendre la FPF. Confisquer le débat sur un sujet aussi sensible comporterait bien des risques et pourrait apparaître comme un crime de lèse-démocratie.

3. Penser à l'avenir de notre planète
Enfin notre préoccupation est de pouvoir léguer à nos enfants une planète que nous aurons su préserver. Tant le nucléaire civil que militaire comportent des risques de dégradations des sols pendant des milliers d'années. Ces risques ne sont pas toujours maîtrisés et nous avons pu le constater avec l'accident de Fukushima.
La Dixième Assemblée du Conseil oecuménique des Églises s'est déroulée à Busan (République de Corée) du 30 octobre au 8 novembre 2013. Un professeur de théologie de Séoul, Chang Yoon Jae, s'est exprimé pour dire que «les centrales nucléaires et les armes nucléaires sont les deux faces d’un même problème, l’un au niveau civil, l’autre au niveau militaire». Selon lui «le nucléaire est incompatible avec la paix et la foi chrétienne, il faut absolument arrêter cette lumière dangereuse et allumer la lumière à l’intérieur de nous», ajoute ce membre de l’Église
presbytérienne de Corée.
La préservation de la planète fait partie des champs d'action de plusieurs membres du protestantisme. Non seulement des Églises mais des mouvements de jeunesse comme le scoutisme sont très actifs sur ce sujet.

 

 cf. : Déclaration pour un monde dénucléarisé, Adopté par le comité central du COE, 2-8 juillet 2014

Articles media :
· Vidéo de l’audition accessible jusqu’au 19/12/2014

· Compte rendu de la Commission de la Défense Nationale et des forces armées présidée par Mme Patricia Adam

· Article du journal Le Monde « Pourquoi auditionner des aumôniers religieux sur la dissuasion nucléaire ? » par Tiphaine Le Liboux – 13/02/2014

· Blog de Hélène Bekmezian, Chambre à part : « La commission de la Défense, le rabbin et l’arme nucléaire » - 13/02/2014