Daniel SAINTENAC (1882-1917)

Daniel Saintenac à Ly-Fontaine (@ dapa)

Né le 15 Mai 1882 au Mas d’Azil (09 – Ariège), fils de Jean-Paul Saintenac et Élise Fauré.
Marié le 27 Septembre 1913 avec Julie Ceccaldi à Marseille.
† le 21 Août 1917 (Vendresse-et-Troyon 02- Aisne) (1)

Télécharger la fiche en pdf

C’est alors qu’il était en classe de Préparation à l’École Normale Supérieure que la maladie qui entraînera le décès de son père a décidé Daniel Saintenac à devenir pasteur. Il rentre en 1903 en deuxième année de théologie à Montauban, il fait sa troisième année à Halle, en Saxe, il reviendra l’année suivante à Montauban, puis, en 1906, il prépare sa thèse à Paris en étant précepteur du jeune Charles Westphal qui succèdera plus tard au pasteur Boegner à la présidence de la Fédération Protestante de France.

Il est pasteur au Cailar (Gard) de 1908 à 1911 date à laquelle il va s’occuper de La Gerbe (Association Générale de la Jeunesse Chrétienne-Protestante) à Montpellier pendant un an. Il est nommé ensuite à Lagarde - Barry d’Islemade (Tarn et Garonne), et il occupera ce poste jusqu’à sa mobilisation en Août 1914.

Il est immédiatement envoyé comme ambulancier à Raucourt (Meurthe et Moselle) où il est fait prisonnier. Il reste en captivité en Saxe pendant deux mois puis est libéré. A son retour il doit passer dix mois à l’hôpital puis repart pour Vitry-le François (Marne) où il est infirmier à l’hôpital militaire. Après avoir demandé son retour au front comme aumônier protestant, il est envoyé à Oeuilly (Marne) et le lendemain de son arrivée il sera tué par un obus alors qu’il conversait avec son homologue, l’aumônier catholique de ce secteur.

De 1907 à 1914, il a contribué à de nombreux articles dans le Semeur et Foi et vie.

De son mariage avec Julie Ceccaldi sont nés trois enfants : Geneviève, Étienne et Danielle. Étienne, jeune agrégé de philosophie au lycée de Nimes et résistant, perdra la vie dans le bombardement du Cap Arcona au large de Lubeck le 3 mai 1945 alors qu’il était évacué du camp de concentration de Neuengamme (2).    

l Biographie rédigée le 10 octobre 2006 par Nicole Lafaye de Micheaux-Vercueil, sa petite-fille

(1) Unité 17e S.I.M, (sect. Infirmiers militaires), classe 1902. Daniel Saintenac, aumônier volontaire est  mort au champ d’honneur le 21 août 1917. Inhumation : Nécropole Nationale « Oeuilly » (tombe 843). L’aumônier Daniel Saintenac « A su, en quelques semaines, se faire aimer de tous par sa simplicité et son dévouement, faisant preuve de la plus haute conscience de son devoir. A été tué en reconnaissant le secteur » (Citation à l’Ordre du Régiment, août 1917).

(2) Étienne Saintenac : résistant, philosophe, poète : un homme libre / Roger Grossi.- Nîmes : Ed. Lacour-Colporteur, 1996.- 209 p. 21 cm (Montpellier - Fac. Théol. Protest. TO 45292)