Forum de la vie associative protestante, Paris, Octobre 2001

Le 2ème Forum des associations protestantes a rassemblé quelque 80 participants à Paris, fin octobre, sur le thème «Le protestantisme au risque de ses associations». En cette année du centenaire de la loi 1901, il s'agissait de prendre le pouls de la dynamique associative et de réfléchir à l'articulation Eglise-associations sur le terrain et au sein de la Fédération protestante de France.

Deux temps d'atelier ont permis aux participants de mieux se connaître et de découvrir ou vérifier que leur problématique rejoint celle d'autres associations oeuvrant sur des terrains pourtant différents.

Les associations protestantes ont été pionnières dans bien des domaines (mouvements de jeunesse, caritatifs, éducation populaire, féminisme...). Aujourd'hui, elles réfléchissent à ce qui fait leur spécificité et plongent dans leur histoire pour s'apercevoir qu'à leur création, elles remplissaient une mission que nulle autre n'accomplissait.

Force est de constater, que des associations florissantes au début du XXème siècle peuvent, au XXIème siècle, s'étioler ou perdurer difficilement. Quant elles n'arrivent pas à assurer la relève ou se trouvent confronter à des difficultés administratives, elles ont parfois le courage de cesser leurs activités, de les laisser à d'autres mieux outillés. Quand elles le peuvent et le veulent, elles cherchent des partenariats. Certaines se lancent dans de nouvelles compétences, en pionnières, telles les OEuvres et Institutions des Diaconesses de Reuilly, avec les soins palliatifs et l'accompagnement des malades du sida.

On assiste, aujourd'hui, à une volonté de rapprochement avec les Eglises. Le secteur associatif protestant appelle de ses voeux un lien plus fort avec les Eglises locales, que ce soit un soutien spirituel ou humain. Il devient difficile de recruter des bénévoles, dont les Eglises étaient le terreau, et les réalités économiques, les besoins en professionnels ... font que les permanents peuvent être catholiques ou musulmans. Que reste-t-il de la spécificité protestante quand seul le conseil d'administration comprend des protestants ?

La nécessité d'un réseau, l'importance de la communication ont été soulignées. On assistance encore trop souvent à l'ignorance entre la paroisse locale et le secteur associatif, parfois simplement parce qu'on a le nez sur le guidon.

Pour palier ce manque de communication, la Fédération de l'Entraide protestante qui rassemble quelque 430 adhérents dans les domaines sanitaires et sociaux et médico-sociaux, soit plus de 800 établissements, se lance dans la régionalisation. Une nouvelle plaquette de communication permettra à ses membres de se présenter localement à leurs partenaires avec l'image nationale de la fédération de l'entraide et va refondre son bulletin national.

Ce 2ème Forum de la vie associative protestante avait aussi pour objet de voir de quelle manière la Fédération protestante de France, composée d'Eglises et d'associations, intègre ces dernières. Jusqu'à présent, elles devenaient membres de la FPF via des départements. Dorénavant, elles appartiendraient à un collège d'associations qui pourraient sur deux ou trois ans travailler ensemble sur une thématique, chacun apportant sa connaissance, son vécu, son réseau.

La représentation du secteur associatif à l'Assemblée générale de la FPF et aux assises de la FPF se feraient au niveau du collège. Le Conseil de la Fédération protestante de France va étudier plus précisément ces modalités, le Forum ayant soulevé quelques questions.

Source(s) : FPF;FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE;
Date de parution : novembre 2001