Menu icoMenu232White icoCross32White

Défense

La question principale est relative à l’effort financier que notre pays pourrait devoir consacrer à la défense, dans le contexte d’une crise économique et sociale qui perdure, avec un taux de chômage restant proche des 10 %, de trop nombreux exclus et une perte de compétitivité d’un grand nombre de nos entreprises.

Outre la modernisation d’un grand nombre des équipements classiques de nos armées, le maintien de la dissuasion nucléaire va nécessiter de renouveler ses deux composantes dans la décennie à venir. De plus, notre pays, membre fondateur de l’otan qui a réintégré son commandement militaire en 2009, pourrait devoir faire face à un éventuel désengagement américain et contribuer alors à bâtir une défense européenne, encore symbolique à bien des égards.

La part du budget de la Défense étant aujourd’hui de 1,5 % (hors pensions), quelle part du PIB (hors pensions) entendez-vous consacrer à la sécurité de notre pays ? Avec quelle échéance ? Et au prix de quels sacrifices, et dans quels autres domaines pourtant essentiels?

Général Jean-Fred Berger, président de la commission aumônerie aux Armées de la FPF dans l'ADRESSE DU PROTESTANTISME Aux candidats à l’élection présidentielle et dans la perspective des législatives 2017

Lire aussi :

L'aumônerie protestante aux Armées est un service commun des Eglises, chargé en leur nom et sous la responsabilité de la Fédération Protestante de France, d'assurer le ministère de l'Evangile auprès des militaires et, le cas échéant, de leur famille en accord avec les instances concernées.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus