Menu icoMenu232White icoCross32White

Ethique et santé

Dans ses vœux aux autorités religieuses du 4 janvier 2018, le Président Macron a renouvelé son souhait, déjà exprimé à la Mairie de Paris le 22 septembre 2017 à l’occasion des 500 ans de la Réforme, que pour les discussions à venir sur les questions éthiques et bioéthiques soit pris « le temps d’un vrai débat philosophique dans la société avant de légiférer ».

Le protestantisme participe d’autant plus volontiers à ce débat public qu’il prône, dans le respect de la laïcité, une présence des religions dans la vie sociale. Sur ces questions de bioéthique, les protestants sont d’autant plus motivés à contribuer au débat, voire si nécessaire à interpeller les pouvoirs publics et l’opinion publique, qu’arrivent à l’agenda de la décision politique, des choix qui engagent la façon de concevoir la condition humaine et sa vie sociale.

Le philosophe Paul Ricœur considère l’éthique comme étant « la visée particulière de la vie bonne, avec et pour les autres, dans des  institutions justes ». Ainsi il articule dans cette définition le triple souci de soi, d’autrui et de l’institution, autrement dit, le souci de la cité et de l’exercice de la responsabilité personnelle et commune des citoyens dans l’organisation d’un vivre ensemble où chacun, à équidistance de la loi, puisse assumer sa liberté.

Cette compréhension de l’éthique place notre réflexion sur la fin de vie, ce sujet de prime abord si personnel et intime, également dans le cadre d’une responsabilité commune, citoyenne, institutionnelle et politique. Le protestantisme ne s’inscrit pas dans une volonté de dicter à qui que ce soit une ligne de conduite arrêtée qui serait l’expression d’une morale réputée incontestable. Ces interpellations veulent fournir des éléments de réflexion permettant à chacun de trouver ce qui fera sens dans le choix éthique qu’il sera amené à faire en conscience.

Interpellations protestantes sur la prise en charge de la fin de vie : soins palliatifs, euthanasie et suicide assisté - Commission éthique et société de la FPF (2019)

L’aumônerie des établissements sanitaires et médico-sociaux a pour mission de répondre aux besoins spirituels (recherche de sens, questions existentielles, soutien, encouragement face à la détresse spirituelle) et aux besoins religieux (lecture de la Bible, prière, actes cultuels et pastoraux : baptême, Sainte Cène, onction d’huile, culte) des patients qui le souhaitent et de leurs proches en les accompagnant au travers des visites et entretiens ;  d’entourer les personnes en fin de vie et les familles endeuillées qui le demandent ; d’accompagner les malades face aux questions humaines et éthiques qui peuvent se poser à eux.

La commission éthique et société  a pour mission de mettre à disposition des membres des éléments de réflexion sur les questions sociétales relevant soit d'une actualité où le protestantisme français est sollicité par la société civile ou les pouvoirs publics, soit de questionnements plus récurrents et fondamentaux qui se posent dans un monde en mutation.

 

Quelques textes et éléments de réflexion

Fin de vie : 

  •  Journées des Aumôneries Francophones 2019 : Hospitalité - Quelle aumônerie dans des lieux en mutation ? (bientôt en ligne)

Famille - Filiation :

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus