Menu icoMenu232White icoCross32White

Commission Jeunesse

La commission jeunesse est chargée par le Conseil de la Fédération Protestante de France de travailler au service de la jeunesse en général, dans l’esprit et le respect de la charte de la FPF.

Elle n’a pas pour vocation propre de faire de l’animation jeunesse. Elle se doit par contre de faire vivre ensemble des compétences et d’encourager la dimension fédérative des événements "jeunesse" organisés par l’une ou l’autre des composantes de la Fédération.

C’est dans ce but qu’elle partage sur ce site des informations et des ressources utiles à tous.

 

 

La commission jeunesse de la Fédération Protestante de France réunit sous forme de plate-forme 6 associations protestantes de scoutisme pour leur permettre de dialoguer et d’élaborer ensemble des projets :

Composition de la commission

Présidente : Nadine Marchand (EEUdF)

Représentante du conseil de la FPF : Patricia Rohner Hege (UEPAL)

Membres de la commission : Christine Mielke (EPUdF) ; Suzanne Wilson (FEEBF) ; Mathieu Busch (UEPAL) ; Matthias Dietsch (UEPAL) ; Pascal Rodet (UFA ); Samuel Gerber (Visa AD) ; Cédric Graser (YMCA France) ; David Vandebeulque (ADS) ; Patricia Glaizal (AEPP) ; Amélie Franco-Thierry (LLB) Tünde Lamboley (DEFAP) ,

Membres de droit : pasteur Francois Clavairoly (président de la FPF), pasteur Georges Michel (secrétaire général)

Productions de la commission

«Il n’y a “âme” que s’il y a “souffle”. Le souffle est une énergie dynamique et vivifiante. On ne peut travailler au service de la jeunesse sans âme et sans souffle qui nous poussent à persévérer et à nous poser, toujours et encore, les bonnes questions.» La commission Jeunesse de la Fédération protestante de France, accompagnée d’experts, s’est lancée un incroyable défi : doter les animateurs et acteurs jeunesse des Églises, œuvres et mouvements d’un outil unique pour les soutenir. Cadre légal, posture d’animateurs, repères utiles: l’ouvrage Accueil des Mineurs en Église (A.M.E.) est né.


Le Service National Universel (SNU) dans le collimateur

C’est une commission Jeunesse inquiète qui s’est emparée de la question du projet de loi sur le Service national universel et ce pour plusieurs raisons.
- Les œuvres, mouvements et Églises de la Fédération protestante de France ont une culture de l’engagement et de l’objection de conscience, en contraste avec le caractère obligatoire du SNU. Le SNU devra s’articuler avec les structures socio-éducatives qui poursuivent également un objectif de cohésion sociale et dont les moyens se restreignent de plus en plus.
- de plus, la formulation du SNU semble insister sur les questions de défense, de République, de santé et d’orientation professionnelle, là où nous souhaiterions voir apparaître des valeurs plus profondes et plus humanistes. Les acteurs protestants, qui disposent d’un savoir-faire et de compétences certaines relatives à la jeunesse, souhaitent être associés à sa réflexion et à sa mise en œuvre.
– Par ailleurs, la question d’un encadrement de qualité face aux défis d’effectifs, de brassages ou de non-adhésion se pose, tout comme sur les conditions d’accueil au sein des structures pour tous. Les organisations protestantes peuvent là aussi être impliquées et partenaires.
– Enfin nous souhaitons questionner la place des structures à caractère cultuel dans ce dispositif de crainte qu’elles n’en soient écartées sous prétexte de «laïcité».

  • Le 27 janvier 2020, l'Assemblée générale de la FPF a voté une recommandation concernant le Service National Universel (SNU)
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus