Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

Foi chrétienne et politique

Auteur : ELLUL Jacques

Il n'y a pas de doctrine politique ou de théorie politique spécifiquement chrétiennes. Il n'y a pas une éthique chrétienne unique, fixée une fois pour toutes, et gardant toujours le même contenu. Ceci est bien plus accentué en ce qui concerne la politique car s'il y a un enseignement éthique explicite dans la Bible, il n'en est pas de même pour la politique. Il est impossible de tirer une Politique de l'Ecriture Sainte. Ceci a été fait bien souvent, mais on peut constater que ces essais sont contradictoires car il s'agit toujours de justifier une prise de position politique antérieure : le christianisme devenant un simple moyen de légitimation. D'où, l'extrême diversité (contradictoire) de ce que l'on a pu tirer de l'écriture Sainte. On a pu démontrer la Monarchie (à partir de la Souveraineté de Dieu) ou l'aristocratie (à partir de l'élection) ou la Démocratie (à partir de l'Universalité du Message), le capitalisme (à partir du salut individuel) ou le socialisme (à partir de la justice) et aussi la révolution (à partir de l'Espérance) comme autrefois le conservatisme (à partir de l'ordre voulu par Dieu). En tout ceci il n'y a rien de spécifiquement chrétien. C'est pourquoi on ne peut ni poser la question "Christianisme et politique", (car il n'y a pas de relation doctrinale) ni fonder un parti politique ou un syndicat chrétiens (qui ne peuvent l'être parce qu'ils auraient une doctrine chrétienne. mais seulement. à 1a rigueur parce qu'ils regrouperaient des chrétiens entre eux. Mais est-ce le rôle des chrétiens dans la société de rester réunis ?). Il peut seulement y avoir une recherche d'éthique politique pour des chrétiens : quel comportement la foi en Jésus-Christ provoque dans le monde politique, tel que nous le connaissons ?

Telle est la seule question possible. L'absence de doctrine politique spécifiquement chrétienne pourrait conduire des chrétiens à se désintéresser de la politique, pour recentrer la vie chrétienne sur la vie privée. C'est ce qui a été souvent fait, et c'est aussi ce que les pouvoirs politiques souhaitent (enfermer la "religion", dans le cercle de la vie privée) Ceci est insoutenable. Tout d'abord parce qu'il est impossible dans la vie chrétienne de dissocier une vie privée et une vie publique. La personne devant Dieu est un tout et on ne peut séparer la participation à la société ou à l'activité professionnelle (qui est politique !). En second lieu parce que nous ne pouvons pas nous désintéresser du monde dans lequel nous sommes placés, et dont nous sommes responsables devant Dieu, ainsi que des hommes au milieu desquels nous vivons. Les exigences de justice de l'Ancien Testament ne sont pas épuisées dans la justification spirituelle en Jésus-Christ : celle-ci implique un engagement pour une oeuvre de justice. Et on ne peut ici non plus dissocier la justice privée et la justice sociale. Enfin, il me paraît évident que l'ordre d'aller dans le monde, parmi toutes les nations, s'adresse à tous les chrétiens, et qu'il s'agit d'aller là où sont les hommes. Ce n'est pas seulement une affaire géographique mais aussi sociologique. Il faut que des chrétiens se trouvent partout où sont des hommes, au milieu et avec eux.

(Extrait de "Thèses sur foi chrétienne et politique").
Source : EVANGILE ET LIBERTE, septembre 95