La Fédération protestante de l'enseignement inquiète du rejet du religieux, a diffusé le communiqué suivant

Auteur(s) : FPE;FEDERATION PROTESTANTE DE L'ENSEIGNEMENT;

Suite à la suspicion qui a pesé sur la Fédération Protestante de l'Enseignement (FPE) lors de faits survenus pendant l'année scolaire 2004 dans une cité scolaire parisienne,

la Fédération Protestante de l'Enseignement rappelle

- le rôle historique du protestantisme français dans la lutte pour la laïcité .
Les protestants continuent à être très attachés à la laïcité qui est la condition du vivre ensemble.
- l'attachement de la FPE à la laïcité de l'école
- dès sa fondation en 1948, sous la présidence de Paul Ricoeur, la FPE a fait porter sa réflexion sur deux questions qui restent fondamentales aujourd'hui : quelle éthique pour vivre ensemble, en société ? Quel contenu pour la laïcité ?
- les questions de laïcité ont toujours été au coeur de ses réflexions comme en témoignent ses congrès ou sa revue Foi- Éducation.

Selon ses statuts « La Fédération Protestante de l'Enseignement est indépendante de tout parti politique et de tout syndicat (article 2b) ... de toute organisation ecclésiastique et ne se rattache à aucune école théologique » (article 2d). La FPE est une association, loi 1901, membre de la Fédération protestante de France (association, loi 1901, lieu de débat du pluralisme vécu au sein du protestantisme).

Les membres de la FPE affirment leur double enracinement de croyants et d'enseignants engagés dans l'école publique laïque. Ils oeuvrent pour une laïcité de débat qui permette l'expression d'opinions philosophiques, religieuses ou politiques dans le respect des consciences. Pour eux, laïcité ne signifie pas absence de convictions mais, conformément à la déontologie du personnel enseignant, refus d'exprimer des convictions politiques, religieuses ou philosophiques personnelles devant les élèves. Ils sont favorables à la connaissance du fait religieux et adhèrent pleinement aux analyses et aux conclusions du rapport Debray.

La FPE exprime son inquiétude face à la peur et au rejet du « religieux ». Elle affirme le droit du personnel éducatif d'avoir des convictions ou des engagements politiques, philosophiques ou religieux personnels. La laïcité n'est pas le combat contre les religions et elle n'est pas athéisme d'État. Dans un État laïque, seule la valeur professionnelle doit être prise en compte. Les engagements dans un parti, une église, une loge.....ne peuvent donner lieu à une discrimination professionnelle.

Les faits : dans le cadre de sa vie professionnelle, Edith Tartar-Goddet, présidente de la FPE, psychosociologue, pressentie pour animer une conférence-débat à destination des parents d'un établissement public d'enseignement s'est vue refuser un contrat en raison de son engagement à la Fédération Protestante de l'Enseignement. Cet engagement privé a semblé contraire à la laïcité, sur la seule foi de cette information fournie par Internet.

Pour toute information supplémentaire on peut s'adresser à Edith Tartar-Goddet, présidente de la FPE tel : 01 39 60 02 31

Source(s) : BULLETIN D'INFORMATION PROTESTANT;BIP;
Date de parution : juillet 2004