Le culte dans l'Eglise Réformée de France

Visée générale : annonce de la parole

Il y a Eglise là où la Parole de Dieu est droitement annoncée et où les sacrements sont fidèlement célébrés.

C'est selon cette conviction, qui remonte à la Réforme, que les réformés s'assemblent dimanche après dimanche, voire à d'autres moments dans la semaine, pour un culte public qui se veut annonce de la Parole de Dieu au travers de la parole audible (prédication) et de la parole visible (sacrements).

Manifester la communion

Outre ce but premier, annonce de la Parole, le culte a pour fonction de manifester la communion entre les membres de la communauté... et entre les communautés entre elles.

C'est pourquoi l'ordre du culte n'est pas laissé à l'inspiration de celui qui préside ou de la seule communauté locale. L'ordre général du culte ou liturgie (étymologiquement service du peuple) est fixé par le Synode national ainsi que des textes de référence pour chacun de ces éléments. Bien entendu de nombreuses variantes existent, la créativité est encouragée et une certaine souplesse existe, y compris pour l'ordre des diverses parties du culte.

L'unité est ainsi manifestée entre les communautés locales... et une communion avec l'Eglise universelle grâce à la prise en compte des traditions du passé.

Une pédagogie

Pour ceux qui viennent pour la première fois au culte comme pour les habitués, les différents éléments du culte ont une fonction didactique. Le rappel, sous des formes certes variées selon les dimanches, de la volonté de Dieu, de son pardon, de son dernier repas, les résumés de la foi (confession de foi) constituent des enseignements utiles à tous.

La façon dont l'animateur, au nom de l'assemblée, loue Dieu, lui demande pardon, exprime l'intercession est un apprentissage de la prière.

L'expression personnelle de la prière, le témoignage individuel n'ont que rarement place dans le culte réformé rassemblant l'ensemble de la communauté. C'est dans de petits groupes de partage et de prière... et par la prière individuelle que le croyant s'exprime personnellement.

Ordre habituel du culte

Première partie : accueil et louange

Annonce de la grâce de Dieu, louange, chant d'un psaume.

Seconde partie : rappel des temps forts de la foi et de la vie chrétienne

Rappel de la volonté de Dieu, prière de repentance, annonce du pardon.

Ou : Prière de repentance, annonce du pardon, volonté de Dieu.

Entre les paroles lues l'assemblée chante des répons qui varient suivant les différents « temps liturgiques de l'année ».

Troisième partie : annonce de la parole de dieu

Prière avant les lectures de l'Ecriture, lecture des textes bibliques (le plus souvent selon la liste de la Fédération Protestante et de l'Eglise catholique), cantique, prédication, cantique.

Quatrième partie : communauté et communion

Confession de foi, offrande, Cène (généralement un dimanche sur deux), annonces, intercession et Notre Père, envoi et bénédiction.

Le chant a une grande importance, généralement accompagné à l'orgue ou l'harmonium, les recueils utilisés étant Nos Coeurs te chantent ou Arc-en-ciel.

Les baptêmes

Les baptêmes d'enfants ou d'adultes, par aspersion, ont souvent lieu après la seconde partie du culte. Dans ce cas la confession de foi est dite avant le baptême. On vise à une expression personnelle par les baptisés ou leurs parents, de la foi.

Questions annexes

Qui préside le culte ? Soit un ministre de l'Eglise réformée, soit un prédicateur qui a reçu mandat du Conseil presbytéral ou du Conseil régional. Le prédicateur non-ministre peut non seulement prêcher, mais aussi présider l'ensemble du culte, y compris la Cène.

Le Conseil presbytéral peut aussi, de temps en temps, inviter un ministre ou prédicateur d'une autre Eglise.

Qui est admis à la Cène ? « Celles et ceux qui reconnaissent en Jésus-Christ le Seigneur », à quelque Eglise qu'ils appartiennent.

Actuellement, dans la plupart des Eglises locales, on attend que les jeunes aient une quinzaine d'années avant de les inviter à la Cène.

Qui choisit les chants spontanés ? Le Conseil presbytéral.

Qui choisit les textes bibliques ? Le prédicateur du jour.