Projet de loi sur l’éducation

Paris, le 31 janvier 2005

La Fédération protestante de France écrit au ministre de l’éducation :
« Promouvoir l’éducation à la non-violence plutôt que la sanction.
Ne pas occulter l’enseignement du fait religieux »

Au moment où vont s’ouvrir les débats parlementaires sur le projet de loi d’orientation pour l’avenir de l’Ecole, la Fédération Protestante de France (FPF) a adressée une lettre à M. François Fillon, ministre de l’Education nationale, pour l’informer « des préoccupations qu’ont exprimées ses Eglises et associations lors de ses Assises récemment tenues à Clermont Ferrand et dont le thème était « Surmonter la violence ».

Rappelant que « le protestantisme français est particulièrement attaché à l’Ecole de la République, aux valeurs qu’elle cherche à promouvoir et à l’attention qu’elle doit porter à tous les élèves, sans discrimination, quelles que soient leurs origines, leurs cultures, leurs atouts et leurs difficultés », la FPF est inquiète de « voir se développer au sein de certains établissements scolaires un climat peu propice à la sérénité si nécessaire à tout apprentissage scolaire et citoyen : incivilités, conflits entre élèves et entre élèves et adultes, dégradations, comportements trop souvent empreints de racisme ou d’antisémitisme, actes violents, délinquance... »

Tout en saluant « la volonté qui apparaît dans le projet de loi de mettre un terme à ces situations inacceptables par différentes mesures appuyées sur les principes incontournables de toute vie collective » la Fédération protestante pense « qu’aucun dispositif de sécurité, y compris avec le concours des forces de police, qu’aucun système de sanction, y compris par une note de comportement à tel ou tel examen, n’auront d’efficacité s’ils conduisent à mettre au second plan le temps et les compétences nécessaires au développement de pratiques de dialogue, d’échanges et de médiation avec les élèves et les familles. »

La fédération protestante de France, s’appuyant sur la résolution A/53/25 du 19 novembre 1998 de l’ONU qui invitait « les Etats membres à prendre les mesures nécessaires pour que la pratique de la non-violence et de la paix soit enseignée à tous les niveaux de leurs sociétés respectives, y compris dans les établissements d’enseignement », demande au Ministre de l’Education « de promouvoir l’éducation à la paix et à la non-violence dans notre système éducatif, de développer dans la formation des enseignants l’acquisition de compétences leur permettant de prévenir la violence, la traiter et résoudre les conflits et donner accès à tous les adultes travaillant sur un site scolaire à une formation continue sur la résolution de conflits et la médiation. »

La loi d’orientation pour l’avenir de l’Ecole impliquant l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour la formation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation, la FPF suggère « des instructions précises dans ce domaine, persuadés que nous sommes que la lutte contre la violence passe par une formation spécifique et par l’exemplarité des personnels qui accompagnent et contribuent non seulement à « l’instruction » de nos jeunes mais aussi à leur « éducation ».

La fédération protestante souhaite aussi que « ne soit pas occulté non plus dans l’enseignement comme dans la formation des personnels l’enseignement des faits religieux dans le respect de la laïcité. » Elle s’inquiète « qu’aujourd’hui des thèmes à connotations religieuses nourrissent, voire surdéterminent des rapports conflictuels entre élèves et entre élèves et adultes, cela sur fond d’ignorance et de préjugés véhiculés sur telle ou telle religion. »

Qu’est-ce que la fédération protestante de France ? La fédération protestante de France, qui fêtera ses 100 ans cet automne, représente 17 Eglises luthériennes, réformées, évangéliques et pentecôtistes (comptant 900 000 membres dans 1268 paroisses) et 500 associations protestantes.

Fin 2004, la fédération protestante de France organisait ses Assises à Clermont-Ferrand sur le thème « Surmonter la violence », dans le cadre de la décennie lancée par le Conseil œcuménique de Genève, qui rassemble 320 Eglises anglicanes, orthodoxes et protestantes dans 120 pays. Tous les textes de réflexions et décisions sont sur www.protestants.org

Contact-Médias : Myriam DELARBRE

Source(s) : FPF;FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE
Date de parution : 31 janvier 2005