Les jeunes luthériens s’engagent contre le chômage

Du 26 au 31 Août, un groupe de jeunes de la Fédération Luthérienne Mondiale (FLM) s’est réuni à Genève (Suisse) pour préparer le conseil de la FLM et réfléchir sur le thème : « combattre le chômage du point de vue des jeunes ».

Le chômage a pris une telle ampleur chez les jeunes qu’il est temps au sein de notre communauté d`Églises de porter une réelle attention suivie d’actions spécifiques.

Pourquoi sommes nous concernés par le chômage ?

À la lumière du thème du conseil de la FLM « croître ensemble ou séparément » nous avons identifié le chômage comme un facteur d’exclusion sociale. Des différences d’éducation, de style de vie, de revenu ou de richesse, causées par le chômage, élargissent le fossé déjà existant entre nous.

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à préparer la venue du royaume de Dieu dans le monde. La parabole des « Ouvriers de la onzième heure » (Mat 20 :1-6) en est un exemple. Tous ont eu l’opportunité de travailler et bien qu`ils aient travaillé un nombre d`heures différent, ils ont été payés suffisamment pour couvrir leurs besoins fondamentaux.

Aujourd’hui, beaucoup luttent pour trouver du travail ou assez de travail pour subvenir à ces besoins. Le chômage touche des personnes de toute religion, de tout âge, de toute race et de toute classe sociale, mais affecte énormément les jeunes. D`après le Bureau Internationale du Travail (BIT), 47% des chômeurs dans le monde sont âgés de 15 à 24 ans.

Nous, jeunes représentants au conseil et stewards, avons personnellement connu le chômage et constaté ses effets dévastateurs sur nos vies et nos communautés, indépendamment de nos régions d`origine.

Nous attirons l’attention sur la pertinence de cette question dans la prise en charge des axes de travail prioritaires : mondialisation, dignité humaine ou tout autre domaine prioritaire de la FLM à travers les Églises membres.

Quelle est la situation réelle ?

Le chômage des jeunes est partout en constante progression. Il contribue à l`instabilité politique, à des taux de criminalité plus élevés, à une baisse de l`estime de soi, à une détresse morale et entraîne un manque pour les besoins essentiels : nourriture, logement, santé, éducation.

La finalité est double :

1- subvenir aux besoins fondamentaux (le plus souvent à travers un salaire équitable pour les travailleurs);

2- suivre sa vocation, qui n’est pas nécessairement rémunérée.

Le manque de travail et les bas salaires forment un cercle vicieux, commençant par un traumatisme psychosocial et conduisant à la souffrance de toute la communauté.

Ceci est un problème complexe avec des conséquences financières et socio-économiques, résultant aussi de la mondialisation économique importante et de la forte influence des multinationales.

En tant que communion d`Églises, nous sommes appelés à proclamer l’Évangile, à soutenir et à prendre soin de ceux qui souffrent. Nous devons réfléchir et agir pour combattre le chômage.

Le chômage a de nombreuses facettes et ses effets varient d’un pays à l’autre, mais il a partout des conséquences dramatiques. Aussi, nous recommandons de développer des solutions appropriées à chaque situation.

Comment les Églises devraient-elles s`engager ?

Nous vivons en communion et sommes appelés à répondre aux besoins et à la souffrance de nos frères et sœurs.

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à proclamer l’Évangile : nous encourageons nos Églises à prêcher sur les textes bibliques, souvent oubliés, qui proposent des modèles et des points de vue alternatifs sur le travail et l’emploi.

Les Églises sont aussi appelées à annoncer que nous sommes tous enfants de Dieu, aimés et créés par Lui, ayant reçu le bénéfice de Sa Grâce à travers la naissance, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. C’est pourquoi, chacun de nous est précieux, quelque soit notre emploi et notre situation financière.
En se basant sur ces principes bibliques et théologiques, nous, jeunes, demandons aux Églises d’inclure ce qui suit comme faisant intégralement partie de leur ministère :

- s’informer des différentes situations auxquelles les membres de la communion de la FLM font face. Et cela suppose : donner la parole à ceux qui n’en ont pas souvent l’occasion, en particulier les chômeurs au sein de nos congrégations et communautés ;

- aider toutes les personnes, particulièrement les jeunes, à trouver et accomplir leur vocation et les encourager à vivre cet appel dans la diaconie par le biais du volontariat ou en tant que salarié, autant que possible ;

- identifier les chômeurs pour les soutenir et les accompagner concrètement dans leurs démarches de recherche d’emploi et les aider dans l’accès aux dispositifs d’aide sociale.

À travers ces étapes, nous espérons témoigner par la parole et par les actes à préparer la venue du royaume de Dieu.

Source(s) : Service communication des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine;FLM;FEDERATION LUTHERIENNE MONDIALE;
Date de parution : 31 août 2004