Cette semaine nous prions pour:

Le monde et l'esprit, l'Église et le monde

Dialogue ARM et Pentecôtistes 1996-2000 (résumé en Français)

Traduction Mireille Boissonnat 1

Le rapport complet en anglais sur : http://www.warc.ch/dt/erl1/20.html

Introduction

Ce dialogue trouve son origine dans le 22 e congrès général de l’Alliance réformée mondiale à Séoul en 1989. Les contacts (en 1993) du Secrétaire général de l’ARM, Milan Opocensky, et du professeur d’histoire de l’Église au séminaire Fuller, Cecil M Robeck, Jr, pasteur pentecôtiste, l’ont rendu possible. Un petit groupe de travail exploratoire s’est réuni en Angleterre en juillet 1995, et a confirmé l’utilité que pourrait avoir un tel dialogue – non seulement à un niveau théologique ou idéologique, mais au niveau pratique des cohabitations directes entre Églises de tradition réformée et du mouvement pentecôtiste.

Les relations sont parfois ouvertement antagonistes, comme en Corée du Sud, Brésil et Afrique du Sud. Le groupe de travail a souligné l’intérêt essentiel que pareil dialogue pourrait avoir. Les sources de tension identifiables sont nombreuses : l’ignorance mutuelle que ces Églises se portent ; de claires dissensions théologiques ; des éléments d’histoire ancienne ou plus récente ; certaines pratiques actuelles donnant lieu parfois à des accusations publiques de concurrence, prosélytisme, fanatisme… La question fut donc posée : si l’Évangile de la réconciliation ne permet pas aux Chrétiens de résoudre leurs différends, comment pourrait-il prétendre amener la réconciliation des hommes avec leur Dieu ?

Trois objectifs modestes ont été définis pour commencer : l’établissement d’une compréhension et un respect mutuels entre les Églises de traditions différentes ; l’identification de domaines d’accord, désaccord et convergence théologique ; la recherche de possibilités diverses de témoignage commun.

L’étape suivante était plus difficile. L’ARM n’a pas d’équivalent dans la communauté pentecôtiste. Mais malgré le risque de déséquilibre entre les deux bords, il fut décidé qu’il fallait quand même débuter le dialogue. Le groupe de travail recommanda que le dialogue commence par un essai de discussion sur comment la spiritualité est comprise et vécue aujourd’hui dans les deux traditions. Et pour en permettre une compréhension, non seulement théologique, mais aussi pratique, le groupe de travail a conseillé que chaque Église accueille le dialogue alternativement, et que des temps de culte dans l’une et l’autre tradition fassent partie du processus de dialogue, ainsi que la prière commune et l’étude biblique quotidienne, la participation à la vie paroissiale de l’Église accueillante. Cette pratique de culte et témoignage commun a été l’outil le plus efficace pour aider les équipes à se comprendre l’une l’autre.

• Première rencontre officielle en Italie en mai 1996 sur le thème « la spiritualité et les défis d’aujourd’hui », avec comme sous-chapitres « spiritualité et interprétation des Écritures », « spiritualité et justice », « spiritualité et œcuménisme », matière jugée très vite pléthorique.

• Seconde rencontre à Chicago en mai 1997 sur le thème « le rôle et la place de l’Esprit Saint dans l’Église ». L’actualisation de la révélation pour la foi et la pratique était le point divergent.

• La rencontre de 1998 eut lieu en Suisse, avec la participation du professeur Walter J Hollenweger, ancien pasteur pentecôtiste devenu ministre de l’Église réformée de Suisse. Le thème travaillé était « le Saint esprit et la mission dans une perspective eschatologique ». A l’issue de cette session, pour pallier le manque de compréhension globale de l’Église universelle, de langage et de méthodologie communs, il fut décidé d’harmoniser et de stabiliser davantage la liste des participants au dialogue, contrairement à l’envie initiale d’en offrir l’expérience à des représentants divers et variés.

• En mai 1999, les débats eurent lieu à Séoul en Corée, sur le thème «l’Esprit Saint, les charismes et le Royaume de Dieu ». Des membres de communautés locales et de la presse chrétienne et non chrétienne furent invités à observer les séances, ce qui contribua à jeter des ponts entre des communautés en relation plutôt conflictuelle dans ce pays.

• La rencontre de conclusion eut lieu à Sao Paulo, au Brésil en mai 2000, et fit la synthèse des débats des cinq années.

Déclarations issues de ces années de dialogue

A/ L’Esprit et la parole texte anglais

dans le contexte de la Trinité

dans la création et la culture

esprit, proclamation et discernement spirituel

B/ L’Esprit Saint et l’Église texte anglais

l’Église est issue de la parole et de l’Esprit

l’Église est la communauté que conduit l’Esprit saint

l’Église est la communauté des dons de l’Esprit

l’Église est dans, mais pas du monde

C/ Le Saint Esprit et la mission texte anglais

Saint Esprit et missio dei

Saint esprit et culture

les multiples facettes de la mission

un service pour le monde

D/ Esprit et Royaume texte anglais

définition fonctionnelle du Royaume

Esprit, Royaume et eschatologie

Esprit, Royaume, création

Esprit, Royaume, monde

E/ Conclusions texte anglais

1 Avec les remerciements du service œcuménique.