Le service funèbre

Chez les protestants la cérémonie des obsèques souvent appelée enterrement, se déroule généralement au temple. Une cérémonie a également lieu au cimetière lors de la mise en terre du cercueil.
Quelle est la différence entre obsèques et service funèbre? Les obsèques sont le respect et l'hommage rendu au mort. Le service funèbre comporte la mise en bière du corps et son déplacement de la maison à l'église et au cimetière.

Suite au décès d'un homme ou d'une femme est organisé un rituel d'enterrement. Chez les chrétiens, le défunt est remis à Dieu lors d'un culte qui est destiné à rassembler les survivants. Ainsi le culte n'est pas rendu au défunt mais permet aux vivants d'écouter la Parole de Dieu, celle de l'amour dépassant la mort.
Les églises protestantes disposent en effet chacune de leur liturgie pour le service funèbre.

C'est au moment de l'écoute de la prédication que l'on peut se rendre compte que l'Eglise est présente surtout pour les vivants qui sont dans le deuil, qu'elle veut les accompagner et les entourer de son affection fraternelle.

Jean Sébastien Bach avait composé plusieurs morceaux destinés à accompagner la méditation et la consolation lors d'un service funèbre, tels ces motets de BWV 220-230. Mozart est l'auteur d'un Requiem.

Quel est le rôle de l'Eglise dans l'accompagnement des morts à la dernière demeure? N'est-elle pas d'une certaine façon en concurrence avec les entreprises de pompe funèbre qui proposent une sorte de "cérémonie personnalisée" (écoute de musique qu'aimait le défunt, lectures de textes profanes...) comme une prestation parmi d'autres?

Inhumé ou incinéré ?
La crémation est autorisée depuis 1898 (depuis 1963 chez les catholiques) et il semble que les protestants y recourent plus que les catholiques. Le pasteur organise un moment de recueillement pour la famille du défunt au crématorium. Danièle Hervieu- Léger dans son analyse ( La crémation en quête de rites in: La Croix du 29.03.96) souligne que "la France n'a pas encore constitué dans ce domaine un corps de pratiques suffisamment stabilisées pour permettre aux familles d'affronter l'épreuve sans excès d'angoisse…tout se passe comme si la crémation, en l'absence d'habitudes constituées dans la durée, portait à l'extrême le sentiment de l'absence des signes qui attestent de la continuité de la vie et du lien social au moment même où ceux-ci sont rompus ".

Les chrétiens ne demandent pas de service extraordinaire mais des funérailles de plus en plus personnalisées. Les entreprises de pompes funèbres sont amenées à présenter une palette très large de prestations.

Les protestants ne vénèrent pas le défunt d'où l'absence du rituel d'encensement bien qu'il fasse l'objet d'une bénédiction par le pasteur avant d'être mis en terre. Le pasteur conduit les obsèques depuis le culte jusqu'au cimetière. Puis il accompagne la famille par des paroles et des actes de consolation.

Samuel Mahler
©protestants.org

Pour aller plus loin :

http://oratoiredulouvre.fr/faq/serie-de-questions-sur-les-obseques-protestantes.html

http://www.eretoile.org/elements/ceremonie/Obseque.html

Jean Hugues Déchaux, Le souvenir des morts, Paris, PUF, 1997.

http://www.obseques-assistance.com/contenus/organisation.htm

Obseques-infos.com : portail d'information autour des obsèques et outil de mise en relation avec les services de pompes funèbres.

«Perspective historique sur les rites funéraires réformés (XVIe – XIXe siècle)», Christian Grosse