Préface

 

Ces textes ont été élaborés au cours d'un dialogue fraternel. La sincérité, le souci de compréhension réciproque, l'esprit d'ouverture, ont prévalu sur toute volonté apologétique. Leurs auteurs se veulent modestes : ils savent qu'on ne réduit ni le protestantisme ni le bouddhisme à une page de texte, qui ne saurait non plus exprimer toute la variété et la complexité de ces deux traditions spirituelles à la fois cohérentes et plurielles. En revanche, les mots ont leur importance et chacun a dû, parfois, renoncer aux siens pour être compris par l'autre.

La parole est donc, ici, ouverture et modestie. Se dire pour accepter d'être mis en cause mais pouvoir être compris dans sa cohérence profonde. Néanmoins, ce dialogue a été facile.

Le protestantisme français a une forte expérience de religion minoritaire que l'histoire lui a enseignée dans la souffrance. Le bouddhisme, dernier né, en Occident, des grandes traditions spirituelles, a besoin d'être expliqué.

L'ouverture leur est naturelle. En outre, les uns et les autres partagent une forte valeur typiquement occidentale : la laïcité à la française qui reconnaît et assure la liberté de chacun tout en refusant hégémonie ou affirmation identitaire intempestive et prosélyte. L'expérience de la prière et de la méditation ne saurait non plus être remplacée par un dialogue. Du moins, celui-ci a-t-il la vertu de briser les caricatures, les préjugés, les étiquettes, a fortiori les anathèmes. Puisse le lecteur les abandonner lui aussi ! Alors, cette rencontre n'aura pas été inutile.